16 Juin 2017

Sénégal: Energie et genre - Le monde rural laisse en rade

L'électrification du monde rural serait d'un grand apport pour les économies locales et par ricochet l'économie nationale. Mais également et surtout contribuerait à régler entre autres problèmes la pauvreté, l'exode rurale, l'émigration clandestine, l'emploi... C'est ce ressort d'une conférence explorant le lien entre le genre et l'énergie, le développement durable et le rôle des femmes comme actrices de changement, tenue mercredi dernier à Dakar.

Estimé à 54,5% le taux d'électrification au Sénégal en 2012, selon le rapport SIE 2014, le monde rural est le moins loti en électrification. Le précité rapport relève un faible niveau d'électrification rurale évalué à 25,7%. Et pourtant, l'avenir des ruralités sénégalaises reste profondément lié aux perspectives de l'agriculture non seulement en tant que secteur productif mais également dans sa capacité d'intégration avec les autres composantes des économies locales et nationales et, de manière générale dans sa capacité de participation aux processus de développement.

Pour ce faire, il faut que les politiques énergétiques qui intègrent le genre contribuent au développement durable, à l'égalité des genres et à l'émancipation économique des femmes. Des régions comme Tambacounda, Kédougou souffrent encore plus du faible accès à l'énergie respectivement 9% et 4% entrainant inéluctablement pauvreté et chômage en progression.

Cette hantise, a fait l'objet d'une réflexion mercredi dernier à Dakar avec les acteurs à la base autour de la thématique: «Comment l'inclusion de la dimension genre dans les politiques et programmes énergétiques peut-elle autonomiser les femmes pour contribuer au développement durables». L'objectif de cette table ronde portée par Energy 4 Impact et Sem Fund est de sensibiliser le public sur le lien entre l'énergie et l'autonomisation économique des femmes et ainsi élargir la reconnaissance du rôle actif des femmes dans la chaine de valeur énergétique.

«Cette conférence fait partie d'une campagne nationale lancée l'année dernière par Energy 4 Impact et Sem Fund», a précisé Abdoul Dosso de Energy 4 Impact.

Yacine Diagne de Enda Energie de lancer un cri de cœur aux décideurs politiques de mieux prendre en charge le monde rural dans les politiques énergétiques.

«Donner de l'énergie au monde rural réglerait sans doute, la pauvreté, l'exode rural, l'émigration clandestine, l'emploi... », a-t-elle soutenu. «Certes, des efforts sont en train d'être faits, mais il faut accélérer la cadence. En campagne, les femmes souffrent énormément en allant chercher du bois de chauffage à des kilomètres, en respirant beaucoup de gaz, de fumée et entretiennent leurs tâches quotidiennes sans bonne source d'éclairage», a-t-elle déploré.

Sénégal

Hydrocarbures - Locafrique s'empare de 34% de la SAR

Le Conseil d'Administration de la Société Africaine de Raffinage (SAR), a adopté, à la… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.