18 Juin 2017

Ile Maurice: Aquaculture - Buffet ouvert pour les requins ?

Les attaques de requins chez nos voisins les Réunionnais sont souvent d'actualité. Et, durant la semaine écoulée, une photo a fait le buzz sur Facebook : elle montre un requin bouledogue qui tournoie dans le lagon mauricien, cette fois, à quelques coups de nageoire d'un kitesurfer, à Anse-la-Raie. Pour le groupe No to fish farming/aquaculture in Mauritius, ce sont les fermes aquacoles qui les attirent. «Imaginez le désastre pour notre industrie touristique si les requins bouledogue attaquent», scandent les contestataires.

Une crainte que partagent certains habitants de Tamarin, région prisée par les surfeurs. «On se demande comment ce programme peut aller de l'avant», s'exclame Sacha Lagesse, citoyen engagé dans la protection du littoral. «C'est à se demander si nous allons subir le même 'sort' que nos amis de l'île sœur.» Pour lui, l'aquaculture est un véritable fast-food pour les requins, qui, sédentarisés, seront plus enclins à «passer à l'attaque».

Les faits ajoutent de l'eau de mer au moulin de ceux qui montrent les canines acérées. «Il y a toujours eu des attaques de requins à La Réunion. Mais depuis l'installation des fermes d'aquaculture, le nombre a augmenté. Ils attaquent même dans des régions où ils ne le faisaient pas avant. Et, à ces endroits, devinez ce qu'il y a ?» ironise Vincent Zerbone, vice-président de l'association Prévention requins Réunion.

Toutefois, une étude de l'Institut de recherches pour le développement de La Réunion vient dire le contraire. «Il n'y a pas de preuves scientifiques démontrant une corrélation directe entre les requins, les attaques et les fermes d'aquaculture.»

Et chez nous alors ? «Rien ne permet de dire que nos fermes attirent les requins», lâche un aquaculteur. «Si les règles sont respectées, si les espaces sont bien délimités, il n'y a aucun risque que les seigneurs des mers montrent les dents.»

D'autre part, les requins bouledogue viennent dans nos eaux le plus souvent pour se reproduire, précise Hugues Vitry, membre de la Mauritius Scuba Divin Association. «Les requins bouledogue migrent. Mais ils pourraient se sédentariser s'ils ont un garde-manger à proximité... En tout cas, il est très rare qu'ils attaquent des humains.»

Gary Bhiccoo, moniteur de kitesurf au Morne :

«Il n'y a pas eu d'attaque de requins par ici. On en voit certains qui font le va-et-vient, mais ils gardent leurs distances et nous aussi. C'est une question de respect mutuel. Mais il se pourrait qu'ils soient attirés par les fermes aquacoles.»

Ky Neemaye, habitant de Tamarin, pêcheur et surfeur :

«Je suis totalement contre l'aquaculture. Il suffit de protéger nos ressources et d'empêcher la surpêche pour que nos lagons ne soient pas décimés. Si les requins n'ont plus à manger, ils viendront se servir, c'est normal. Des requins, il y en a déjà chez nous, dont ceux à pointes blanches ou à pointes noires. Eux, ils sont gentils. Les bouledogues, par contre... »

Maggie Cawley, touriste américaine, amoureuse de l'île Maurice qu'elle visite tous les six mois :

«Je fais souvent de la plongée et je nage avec des dauphins. Heureusement, je ne suis jamais tombée nez à nez avec un requin jusqu'ici ! Si cela devait arriver, j'opterai pour une autre destination.»

Ile Maurice

Les tests négatifs sont confirmés pour le quinquagénaire soupçonné d'avoir contracté la peste

La maladie redoutée ne s'est pas avérée. Le Mauricien de 54 ans soupçonné d'avoir… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.