15 Juin 2017

Cote d'Ivoire: Discop Abidjan 2017 - Quel bilan pour cette dernière édition ?

London — Le Marché africain des contenus radiotélévisés, DISCOP d'Abidjan 2017 3ème édition a fermé ses portes en fin de journée le 1er juin 2017. Quel bilan pour cette dernière édition ? Sylvain Béletre, analyste pour Balancing Act fournit ici un résumé.

Dédié au développement de l'industrie audiovisuelle en Afrique francophone, le Discop Abidjan avait ouvert ses portes au Sofitel hôtel Ivoire réunissant 1086 délégués, vendeurs, acheteurs et producteurs. Durant 72 heures, les acheteurs et vendeurs de contenu ont pu sceller de nouveaux contrats. Le marché a été marqué par l'émergence de nouvelles séries TV produites en Afrique francophone, l'annonce de co-productions initiées par la télévision publique ivoirienne (RTI) avec la France et l'Inde, la présence d'importants producteurs et distributeurs de contenu turc ainsi que celle de plateformes numériques offrant des opportunités de distribution en mode VoD et TNT.

Le secteur audiovisuel francophone est financiarisée autour de grands acteurs économiques publics et privés, et pour certains multinationaux : de grandes chaînes de télévision, des sociétés de production d'envergure, des majors, de grands distributeurs ou des opérateurs télécoms. Face à ce premier pôle entrent, en accompagnement ou en opposition plus ou moins frontale, des sociétés à valeur ajoutée, souvent plus petites, telles que des sociétés de productions, des chaînes locales, des distributeurs de contenus ou des sociétés informatiques. Si le principe de cet écosystème reste à peu près le même, les investissements, les contenus, le nombre de transaction, la demande du marché, et les réseaux de distribution ont évolué, particulièrement en Afrique depuis 2010. En clôture du Discop, les délégués ont noté une consolidation du secteur.

Des outils numériques pour faciliter les rencontres

Dans le but d'accélérer l'organisation des RDV, l'organisateur avait proposé en amont à ses délégués inscrits comme vendeurs et acheteurs d'utiliser son catalogue de contenus en ligne afin de promouvoir films, séries TV, documentaires, programmes d'animation, émissions pour la jeunesse, formats de jeux, et autres contenus présentés au marché, ainsi qu'une plateforme de RV. L'accès au « fichier participants » avant le salon permettait d'optimiser toutes les actions de marketing direct.

Déroulement des 3 jours

A cette occasion, Bruno Koné, ministre de la Communication, de l'Economie numérique et de la Poste de la Côte d'Ivoire, représentant le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, parrain de la cérémonie, a réaffirmé l'engagement et le soutien du chef du gouvernement aux organisateurs. Thème fédérateur, le numérique comme un accélérateur du développement fut rappelé par le ministre. Pour ce dernier, la problématique de l'audiovisuel interpelle et appelle à une action publique forte à travers une réglementation et une politique de financement.

Un représentant du Président de la France (M. Macron) a pu notamment assister à la conférence inaugurale placée sous le thème «La Télévision au service de la Francophonie, de la langue française et de la diversité culturelle et linguistique» en présence de nombreux institutionnels, conférence proposée par l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)

Toujours dans le cadre du DISCOP Abidjan 2017, la presse abidjanaise avait été conviée, lundi 29 mai, sur le site d'Assinie à une séance de au tournage de « Ma Grande Famille » suite de la série à succès « Ma famille » crée par Akissi Loukou Delphine, l'actrice et réalisatrice Akissi Delta. Cette suite de la série est composée de 206 épisodes. Elle est entièrement financée par A+, la chaîne de télévision panafricaine du groupe CANAL+. La série est tournée dans cette cité balnéaire ivoirienne.

Le 30 mai fut marqué par l'ouverture officielle, une cérémonie parrainée par le Premier Ministre ivoirien. Étaient présents le ministre du MICENUP, Bruno Nabagné Kone, le ministre de la Culture et de la Francophonie, le ministre des Mines et de l'Industrie... ainsi que les autorités locales et coutumière.

Un panel d'experts a élaboré des pistes sur le financement des contenus audiovisuels en destination de l'Afrique Subsaharienne Francophone. La journée fut clôturée par la soirée "De Babywood a Nollywood" était organisée par Zee TV et RTI.

Le 31 mai fut la seconde journée riche en panels, tables rondes, masters class, et rencontres à thèmes. Le programme a éclairé les acteurs de cette industrie en pleine mutation, et a répondu aux attentes urgentes des chaines publiques et privées en Afrique francophone. L'une des tables rondes avait pour thème : "Comment stimuler la création télévisuelle francophone ?". Deux masters class ont auréolé cette journée autour des thématiques suivantes : production & monétisation de contenu news régionales / production & monétisation de contenu sportif issu de compétitions régionales, avec pour modératrice Séverine Laurent.

Fin de l'acte 3 : Le 1er juin était la dernière journée, fortement marquée par plusieurs projections de films et de séries, mais également par des rencontres B2B et des échanges a thème. Le screening de séries TV récentes était dédié à des contenus produits et conçus dans l'espace francophone. Ce fut l'occasion de présenter entre autre "Félicité", le film d'Alain Gomis couronné aux festivals du film de Berlin et de Ouagadougou et distribué en Afrique par Côte Ouest. Le film était projeté pour la première fois en Côte d'Ivoire.

La salle des marchés

Dans les allées du salon, de nouvelles sociétés liées au numérique et à la TNT avaient installé leurs stands, une occasion de gagner en visibilité auprès d'acheteurs potentiels. Ce fut par exemple le cas de PixAfrica (de Pixagility), Hubee, Videlio, Panasonic Broadcast et ProAv. CSE est revenu comme chaque année avec ses logiciels permettant d'optimiser les ressources et opérations des chaînes de télévision.

On a également noté la présence de société médias turques et d'organisations sous tutelles du gouvernement de la Côte d'Ivoire.

Côte Ouest

Le distributeur de contenus audiovisuels Côte Ouest et son incubateur à talents numériques Studio CO2 ont fournis de gros moyens en vue de réaffirmer leur domination sur ce secteur en Afrique. La société a su se réinventer en prenant le cap de la diversification, en investissant dans des productions locales, en lançant un incubateur à talents, une plateforme de crowdfunding, et plus encore. Egalement présent au Discop avec un studio d'enregistrement complet pour permettre aux délégués de tester la traduction sur une animation, Studio1 offre doublage et post production. Pour le dirigeant du groupe Côte Ouest, Bernard Azria : «Les FAI et les opérateurs télécoms ont un rôle majeur dans le développement de l'industrie du contenu en Afrique» (voir article dans cette édition). Bernard Azria a notamment animé une session appelant les investissements de grandes marques dans les productions locales. (Session spéciale placement de produits).

La RTI avec TV5Monde

Ahmadou Bakayoko, Directeur Général du Groupe La Radiodiffusion Télévision Ivoirienne /RTI a fait savoir aux producteurs ivoiriens et africains, la volonté pour le groupe RTI d'aller plus loin dans la production. La RTI et TV5MONDE ont annoncé un partenariat majeur dans le secteur de la production de fiction en Côte d'Ivoire. Cette initiative soutiendra la création de 5 séries originales au travers d'une politique culturelle affirmée, innovante et dynamique. Pour Sandra Basset, représentante adjointe pôle Afrique TV5Monde, "Tv5 Monde a soutenu en collaboration avec la RTI, ces cinq séries à hauteur de 300 millions de FCFA ». (Voir dans cette édition)

TV5Monde investit depuis longtemps dans de nouveaux contenus africains. La chaine continue de distribuer ce contenu principalement via RTI et FranceTV international.

Quelques actus des autres acteurs du marché

. Canal + est ouvert à de nouveaux partenariats avec des sociétés locales de production africaines. L'acteur a notamment évoqué l'idée de structurer le marché dans lequel les propriétaires de droits peuvent obtenir plus d'argent par la vente de leurs œuvres.

. Thema/Canal+ est sur le point de lancer de nouvelles offres africaines innovantes.

. La compétition de pitching pour identifier de nouvelles animations a donné des preuves de la présence de nouveaux talents africains provenant du Nigeria, de la Côte d'Ivoire et du Kenya.

. Startimes acquiert actuellement des droits pour renforcer son catalogue de programmes africains francophones et élargir son empreinte dans la région d'Afrique francophone

. Diffa / Lagardère a enrichi à son offre avec 500 titres au total. La société a ajouté des droits d'Orange Studio et 2 catalogues du Nigeria. D'autres programmes sont venus compléter son catalogue : deux séries animées, 1000 x 5 'Caméra cachée', et des séries de courts métrages, documentaires et fiction au stade du développement. Diffa a vendu des droits à plusieurs grands clients.

Diffa a également eu des échanges intéressants pour produire et développer des séries éducatives suivant le modèle économique de la série "C'est la vie".

. la chaîne de TV 'France24' poursuit l'africanisation de son contenu d'actualité.

. DW a confirmé le succès de sa série eco@africa. Cette émission présente des concepts innovants et des projets de meilleures pratiques en provenance d'Afrique et d'Europe. Elle explique les impacts du changement climatique sur l'environnement. (voir plus dans cette édition)

. Trace est en train de mettre en place un département de distribution de contenu (à confirmer).

. L'OIF poursuit ses projets d'investissements et de traduction d'œuvres audiovisuelles en Afrique.

. Parmi les nouveaux acteurs présents au Discop, on note 3 acteurs turcs, dont Kanal D, le leader médiatique en Turquie qui exporte déjà ses contenus en Afrique.

. Les 4 nouvelles chaînes de télévision privée qui vont alimenter la TNT en Côte d'Ivoire préparent les grilles de leurs programmes - Elles devraient émettre début 2018 ...à suivre.

. Eutelsat a signé pour accompagner la TNT au Burkina. (voir plus dans cette édition)

Côté SVoD, en parallèle au Discop :

. Orange lance une nouvelle offre OTT et 'la TV d'Orange' via sa box. (Voir dans cette édition >>)

.l'appli VoD iROKO+ monte en gamme (voir dans cette édition >>)

. Iflix - gros acteur SVoD en Asie, au Proche Orient et en Egypte, dont le siège est en Malaisie - se développe en Afrique en investissement massivement dans le contenu. Iflix avait un stand au Discop.

. Netflix prend des parts de marché à travers l'Afrique. Des rumeurs ont fait savoir qu'Amazon aura une chance de concurrencer le géant de la SVoD avec un «impact plus important» sur le continent africain. A suivre de près, si Amazon se développe mieux en Afrique...

. Tuluntulu continue d'accroître son catalogue de contenu et le trafic de sa plateforme.

. Showmax (Naspers) compte investir dans des programmes que la plateforme diffusera en première fenêtre.

Bilan

C'est donc un bilan très satisfaisant pour cette édition du DISCOP Abidjan, et 'mission accomplie' pour les délégués, le dynamique organisateur Patrick Zuchowicki et son équipe 'Basic Lead'. Les jours suivants, les RVs entre délégués se poursuivaient au Sofitel et dans la ville d'Abidjan.

Les prochains 'Discop Africa' :

Prochain DISCOP Abidjan : du 29 au 31 mai 2018, même lieu.

Prochain 'Discop Africa Johannesburg' en Afrique du Sud : 25 au 27 octobre 2017.

Accès au guide du Discop Abidjan, le Disbook :

Les stocks du dixième numéro de DISBOOK - le superbe guide 'glossy' de l 'événement conçu par Françoise Lazard et imprimé à Abidjan - sont partis comme des petits pains dans sa version papier. Rassurez-vous si vous n'avez pas eu votre exemplaire, la version numérique est prête à être dégustée en ligne >> ici.

Bonne lecture !

Cote d'Ivoire

Près de 2 000 agents des douanes débrayent 48 heures

En Côte d'Ivoire, le secteur des douanes est en grève. Les agents des douanes du pays ont… Plus »

Copyright © 2017 Balancing Act. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.