19 Juin 2017

Sénégal: Journée de l'enfant africain - Sylvie s'engage pour l'accès et le maintien des filles à l'école

interview

Dakar — Elle est jeune, ambitieuse et surtout très sensible aux problèmes qui touchent sa communauté, Sylvie se lance des défis et épouse des combats. Malgré son jeune âge, Sylvie s'investit corps et âme pour l'éducation des jeunes de son âge et surtout des filles. Entretien avec une smart girl qui a de la répartie à revendre.

1. Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs?

Je m'appelle Sylvie Diack, je suis de Kolda une ville au sud du Sénégal et chef-lieu de la région de même nom. J'ai 19 ans et je suis actuellement élève en classe Terminale donc je passe le Bac cette année.

2. L'on vous connaît depuis peu pour différentes actions que vous menez auprès de votre communauté, peut-on savoir l'objet de cette sensibilisation et les raisons d'un tel engagement ?

Depuis toute petite, j'ai eu conscience de beaucoup de tares dans mes régions touchant les jeunes et surtout les filles tels que les mariages et grossesses précoces, la déperdition scolaire dû fortement à la pauvreté et pour défaut d'actes de naissance. J'ai eu l'ambition de changer les choses à l'échelle où je me trouve. C'est comme cela que j'ai intégré une troupe théâtrale car pour l'art est un bon moyen de communication. Ensuite j'ai commencé à fréquenter le centre ado de ma ville et à m'intéresser à l'éducation des jeunes et aussi à la santé de la reproduction. C'est parti de là et j'ai voulu être un leader et une porte-voix des jeunes de mon âge.

3. Comment se passent les activités de sensibilisation et est-ce que cela a un impact auprès des populations ?

Nos sensibilisations se font sous forme de causerie, de visite à domicile, de mobilisation sociale durant lesquelles il y a des projections de films, d'émissions radio surtout dans les radios communautaires afin de toucher les populations les plus reculés de la région de Kolda. Avec mon équipe nous avons installés des clubs de jeunes filles un peu partout et des rencontres régulières ont lieu afin de continuer à communiquer sur les problèmes qu'elles rencontrent. Ces jeunes filles sont des relais formés sur les questions liées à la Santé de la reproduction et sur l'importance d'aller à l'école et surtout d'y rester. D'ailleurs je suis la coordonnatrice régionale du programme de lutte contre les mariages et grossesses précoces.

L'impact est très grand car ma communication je la fais en langue locale afin d'intéresser le plus de monde et surtout les grandes personnes qui n'ont souvent pas accès à la bonne information. Il y a beaucoup de fausses croyances dans ma région et rien que pour cela le combat vaut la peine d'être mené. Avec les clubs de jeunes filles, on note une baisse des grossesses des jeunes filles surtout en milieu scolaire. Les parents s'intéressent de plus en plus à nos activités surtout concernant la campagne pour la déclaration des naissances. Ils ne se rendent de l'importance de ce papier que lorsque les enfants en ont besoin pour passer l'examen d'entrée au collège. Il y a un fort de déperdition scolaire à Kolda faute d'extrait de naissance. Je sensibilise sur la question et informe aussi sur la tenue des audiences foraines qui permettent de rectifier ces erreurs.

4. Quelles sont vos ambitions futures? (Formation, métier, carrière)

Déjà je me donne à fond pour décrocher mon Bac haut la amis et je souhaiterais travailler dans la communication et dans le sociale afin de pouvoir continuer à mener mes combats. Je crois fermement que nous les jeunes avons notre destin à portée et qu'il faut juste de véhiculer la bonne information pour aider, sensibiliser et prévenir les maux qui nous empêchent de poursuivre nos études donc qui hypothèquent notre avenir.

Sénégal

Audience renvoyée au 3 janvier pour Khalifa Sall

Au Sénégal, le procès de Khalifa Sall devait s'ouvrir ce jeudi 14 décembre. L'ancien maire… Plus »

Copyright © 2017 Graça Machel Trust. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.