23 Juin 2017

Ouganda: 2 milliards de dollars de promesses de dons espérés pour les réfugiés

Photo: ONU/Mark Garten
Le ’Sommet de la solidarité’ à Kampala, en Ouganda. Le Secrétaire général António Guterres (au centre) co-préside le sommet avec le Président ougandais Yoweri Museveni (à droite) et le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi (à gauche).

L'Ouganda est souvent salué comme l'un des pays les plus accueillants au monde pour les réfugiés. Mais depuis quelques mois, Kampala est débordé avec l'exode massif de Sud-Soudanais fuyant la guerre. Ils sont près d'un million sur le sol ougandais. Le pays a besoin d'aide et de deux milliards de dollars supplémentaires pour faire face. C'est tout l'objectif du sommet de la Solidarité pour les réfugiés qui se tient ce vendredi 23 juin à Kampala.

Pour cette dernière journée de sommet, les différents partenaires et invités passent un à un au micro devant l'assistance. L'occasion pour eux d'annoncer les dons qu'ils s'engagent à verser pour aider l'Ouganda à gérer ces afflux massifs de réfugiés. En début d'après-midi, ce vendredi, les promesses de dons s'élevaient à environ 270 millions de dollars sur les 2 milliards espérés pour financer la crise des réfugiés jusqu'à la fin de l'année 2017.

Ce vendredi matin, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, a pris la parole pour féliciter Kampala, faisant la promotion du modèle ougandais. Il a rappelé que les milliers de réfugiés arrivés dans le pays ne sont pas installés dans des camps traditionnels, mais intégrés aux populations par le don d'un lopin de terre pour chaque famille, ainsi qu'en leur donnant accès aux structures de santé et aux écoles ougandaises par exemple.

Le secrétaire général des Nations unies a appelé la communauté internationale à la solidarité : « Ce n'est pas une question de générosité, mais de justice », a-t-il insisté. Le président ougandais s'est lui aussi exprimé, soulignant les différents défis auxquels son pays fait face, avec l'arrivée de plus d'un million de réfugiés. Au-delà des besoins d'urgence comme l'accès à l'eau, Yoweri Museveni a insisté sur la nécessité de scolariser les enfants de réfugiés. Un enjeu crucial, a-t-il souligné. Ces réfugiés doivent pouvoir travailler dans leur pays d'accueil, mais aussi posséder des capacités pour reconstruire leur pays.

En savoir plus

La famine diminue, mais la situation reste désespérée alors que la faim se répand

La famine a diminué au Sud-Soudan après une importante augmentation des interventions humanitaires, selon… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.