28 Juin 2017

Afrique du Sud: 4e Forum mondial sur la Nicotine, 15-17 juin, Varsovie - Enretien avec le Dr. Tebogo Kgosietsile Solomon Letlape, président du Health Professions Council of South Africa

interview

L'Afrique du Sud est le pays d'Afrique où le phénomène des cigarettes électroniques est le plus significatif par rapport au reste du continent. Leur usage est en hausse et des activistes défendent ce nouveau mode de consommation de la nicotine.

Dr. Tebogo Kgosietsile Solomon Letlape est le président du Health Professions Council of South Africa et il a participé à la 4e édition du Forum Mondial sur la Nicotine (Global Forum on Nicotine- GFN) qui s'est tenu du 15 au 17 juin à Varsovie, en Pologne.

Quelle est la situation du tabagisme en Afrique du Sud ? Est-ce une question importante qui cause beaucoup de problèmes de santé publique ? Et quel est impact ?

Oui c'est important, nous avons plus de 7 millions de fumeurs.

Comme partout ailleurs dans le monde ça a un impact. Le tabagisme est une cause majeure de morbidité, de maladie et il y a 24 mille décès liés au tabagisme donc c'est un problème important.

Quelle est la présence de l'industrie du tabac en Afrique du Sud ?

Il y avait une entreprise sud-africaine qui a vendu ses actions à la British American Tobacco (BAT), il y a une industrie du tabac présente, on plante aussi du tabac, nous sommes des producteurs de feuilles de tabac. La BAT a une usine de production de cigarettes à Johannesburg. PMI – Philip Morris International – a une unité de production aussi; le tabac est industrie importante en Afrique du Sud.

Qu'en est-il de la réduction de la nocivité en Afrique du Sud concernant le tabagisme ?

La réduction de la nocivité est un phénomène nouveau partout, pas seulement en Afrique du Sud, même si ici  l'approche de la réduction de la nocivité est nouvelle et n'a été appliquée au tabagisme qu'autour de 2010 et la raison est que le concept était là mais il n'y avait pas de produit pour en faire une réalité. Mais maintenant avec l'arrivée et la popularité croissante de la cigarette électronique, c'est devenu une réalité. Mais même si la plupart des gens ne le savent pas, la réduction de la nocivité remonte à plus de 20 ans, si vous prenez le cas du snus, le tabac sans combustion, il n'y avait pas de données collectées mais c'est le seul produit pour lequel nous disposons de beaucoup de données épidémiologiques sur plus de 20 ans, caractérisé par l'exemple de la Suède.

Les vapoteurs en Afrique du Sud se comptent par millions comme au Royaume-Uni ?

Ils peuvent être quelques centaines de milliers mais pas des millions, c'est un phénomène en croissance, dans les centres commerciaux on voit des boutiques de  vape, c'est présent dans les villes.

Quel est l'attitude des autorités vis-à-vis des cigarettes électroniques… ?

Rien n'est officiel, il y avait des rumeurs concernant une éventuelle interdiction quand l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a envisagé de les faire interdire et l'Afrique du Sud comme la plupart des autres pays allaient suivre ce qui serait décidé par l'OMS, et quand l'OMS a publié la Convention-cadre de lutte contre le tabac (CCLAT) l'Afrique du Sud a été parmi les premiers pays à suivre ses recommandations.

Mais pour le moment c'est réglementé, c'est toléré?

Les produits sont là mais il n'y a pas de réglementation, il y a quelques années l'OMS avait demandé que ça soit interdit, certaines personnes se sont hâtées pour appliquer l'interdiction mais heureusement elles ont ensuite changé d'avis à propos de l'interdiction mais il n'y a pas de réglementation concrète, les pays sont livrés à eux-mêmes, donc il faudrait voir ce qui est fait du côté de l'Union européenne avec la TPD, la Directive  sur les produits du tabac. Si quelqu'un voulait réglementer le secteur, il faudrait considérer ce qui est fait en Angleterre, au Canada ou aux USA. Et selon mon humble avis il faut voir ce qui est fait aux USA pour imaginer ce qu'il ne faut pas faire et prendre l'exemple de l'Angleterre pour savoir ce qui peut être fait.

Les cigarettes électroniques et les liquides avec de la nicotine sont-ils fabriqués en Afrique du Sud ou ils sont importés ?

C'est importé, le principal fabriquant des appareils et des liquides, c'est la Chine, même dans l'Union européenne.

Les importations se font-elles sans difficulté ? Y-a-t-il des taxes particulières ?

Il n'y a aucune réglementation et donc on ne peut pas appliquer de taxes particulières en l'absence d'une réglementation claire. C'est considéré comme des biens de consommation courante.

Est-ce que c'est accessible aux Sud-Africains en termes de prix ?

Si vous avez les moyens pour les cigarettes, vous pouvez vous permettre d'acheter des cigarettes électroniques. La nicotine est beaucoup moins chère que les cigarettes. Si vous pouvez effectuer l'investissement initial pour l'appareil, la maintenance n'est pas chère.

Les consommateurs ont-il facilement accès aux produits ?

Si vous voulez devenir un vapoteurs, là où vous achetez votre appareil, vous allez vous assurer que vous pourrez être approvisionnés. Le marché est là et la personne qui vous vend l'appareil veut que vous l'utilisiez, il fera donc en sorte que vous ayez le nécessaire.

Des associations de vapoteurs existent-elles en Afrique du Sud ?

Il y en a mais je n'en fais pas partie, je suis juste un activiste de la santé, je ne vends pas des cigarettes électroniques, je milite pour une santé meilleure pour les fumeurs, pour la conversion de la cigarette vers des produits à nocivité réduite. La cigarette électronique est juste un des produits dans ce cadre. La réduction de la nocivité ne se limite pas qu'à la cigarette électronique. Il existe d'autres alternatives moins nocives qui peuvent contribuer à la réduction de la nocivité, telles que le tabac à mâcher, le tabac chauffé, par exemple.

Vous avez mentionné le tabac consommé oralement, est-ce qu'il s'agit d'une pratique traditionnelle ?

On trouve ça partout en Afrique, ce n'est pas traditionnel, c'est culturellement accepté, c'est commercial dès lors que les gens ne produisent pas leur propre tabac, il  faut l'acheter dans les commerces et c'est aussi disponible dans les campagnes.

Ce produit est-il régi par des normes de fabrication, d'hygiène et est-ce que c'est sain ?

C'est produit par les mêmes compagnies, comme pour la nourriture que vous achetez en magasin. Le tabac n'est pas le plus dangereux des produits, les gens oublient que ce sont les produits alimentaires qui sont les dangereux pour la santé des gens. Même pour la nourriture, il faut parler de réduction de la nocivité parce qu'il n'y a pas de différence. Il y a beaucoup d'autres produits qui nous font du tort mais le tueur Numéro Un reste les produits alimentaires.

Afrique du Sud

Jacob Zuma dans le pays - Entre les affaires et la politique

Le président sud-africain Jacob Zuma est reparti de Kinshasa sans tambour, ni trompette. Pas de grande annonce au… Plus »

Copyright © 2017 allAfrica.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.