29 Juin 2017

Guinée Equatoriale: Les avocats d'Obiang vont déposer une question prioritaire de constitutionnalité

Photo: LePays
TEODORIN OBIANG

Mercredi 28 juin à l'audience, la défense de Teodorin Obiang, le fils de l'actuel président de Guinée équatoriale et vice-président de son pays, accusé de s'être frauduleusement bâti en France un patrimoine considérable, a annoncé qu'elle allait déposer une question prioritaire de constitutionnalité, alors que les débats doivent s'achever lundi. Cette procédure, qui existe en droit français depuis 2008, permet de contester l'utilisation d'une loi devant le Conseil constitutionnel. Si cette QPC était recevable, elle aurait pour effet de renvoyer le procès des biens mal acquis à un horizon lointain.

Après avoir multiplié les exceptions de nullité, la défense de Teodorin Obiang tente encore d'obtenir un renvoi avec cette fois une question prioritaire de constitutionalité, sur la compétence des juges français pour des faits commis à l'étranger par des étrangers. D'ordinaire c'est plutôt au début et non pas à la fin d'un procès qu'une QPC est formulée.

De leur côté, les parties civiles s'attendaient à la poursuite de cette guérilla judiciaire. « On avait tenté de paralyser la procédure pendant des années, on a échoué, commente William Bourdon, avocat de Transparency International. Aujourd'hui, on tente de saboter l'audience. Il n'est plus question de se battre sur le fond parce que, je ne veux pas dire que la messe est dite, mais enfin on voit bien que les charges sont accablantes. Et donc on mène des combats d'arrière-garde. »

Mais pour l'avocat, ce ne sont pas seulement « des combats d'arrière-garde ». Il s'agit aussi selon lui d' « une communication publique et politique que les avocats d'Obiang mènent, une communication publique en direction de leur client, en direction de la Guinée équatoriale. C'est dans le cadre de cette communication qu'a été mise en place cette stratégie de barbouze lundi à laquelle vous avez assisté pour me salir, au prix de procédés qui appellent de ma part maintenant une réflexion avec mes avocats et j'en dirai plus, plus tard ».

Mis en cause par la défense lundi 26 juin, William Bourdon conteste avoir échangé des courriels avec les présumés auteurs d'un coup d'Etat raté en Guinée équatoriale et c'est devant les tribunaux qu'il entend désormais régler ses comptes.

Guinée Equatoriale

La Guinée équatoriale exclue de la Coupe du monde féminine 2019

« La Commission de Discipline de la FIFA a exclu l'équipe nationale de Guinée équatoriale de… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.