5 Juillet 2017

Congo-Kinshasa: Assassinat des experts onusiens - Washington et les Nations unies réclament une « enquête spéciale »

Photo: Public Domain Pictures
Maillet de justice

Les Nations unies et la communauté internationale ne laisseront pas impuni l'assassinat dans le Kasaï de deux experts onusiens, un sujet américain et une Suédoise. Kinshasa cherche par tous les moyens à se dédouaner de ce meurtre. Lundi dernier, il s'est ouvert à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central, un procès mettant en cause des présumés assassins de ces deux experts onusiens. Mais, à New York, siège des Nations unies, et à Washington, capitale fédérale des États-Unis, on exige une « enquête spéciale » pour faire toute la lumière sur cette affaire.

Kinshasa est sous le coup d'un ultimatum lancé au plus haut niveau. Les deux assassins présumés, Evariste Ilunga (âgé de 16 ans) et Mbayi Kabasele (vendeur d'huile de palme, âgé de 30 ans), ont comparu pour les meurtres de l'Américain Michael Sharp et de la Suédo-chilienne Zaida Catalan.

Kinshasa a du mal à se sortir de l'affaire assassinat dans le Kasaï de deux experts des Nations unies qui étaient chargés de mener des enquêtes sur les atrocités qui continuent à endeuiller le Grand Kasaï. A plusieurs reprises, Kinshasa a cherché à se dédouaner en incriminant, notamment les miliciens du grand chef Kamuina Nsapu. Une fois, le porte-parole du gouvernement a présenté à la presse une vidéo retraçant la scène de l'assassinat de deux experts onusiens. Ce n'est pas pour autant que la communauté internationale a classé ce dossier.

Au siège des Nations unies, à New York, le secrétaire général de l'ONU, le Portugais Antonio Guterres, envisage l'envoi en RDC d'un groupe d'experts pour une « enquête spéciale » en vue de faire toute la lumière sur cette affaire. A Kinshasa, on ne cache plus l'embarras, au moment où s'est ouvert à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï central, un procès mettant en cause des assassins présumés de ces deux experts onusiens.

Les deux assassins présumés, Evariste Ilunga (âgé de 16 ans) et Mbayi Kabasele (vendeur d'huile de palme, âgé de 30 ans), ont comparu pour les meurtres de l'Américain Michael Sharp et de la Suédo-chilienne Zaida Catalan. Faute d'éléments probants à charge, le procès a été renvoyé à la semaine dernière.

A l'ONU, on n'accorde pas assez de crédit à l'action judiciaire initiée par le gouvernement de la RDC. L'option en vue est de renvoyer sur le terrain une équipe d'experts internationaux pour mener des investigations approfondies afin de reconstituer les conditions dans lesquelles ont été assassins les deux experts onusiens. Comme tête d'affiche de cette action, il y a évidemment les Etats-Unis dont un des citoyens est compté parmi les victimes.

Washington hausse le ton

Après la France et la Suède, c'est donc au tour des Américains d'appuyer l'idée de création d'un mécanisme spécial d'enquête menée par l'ONU et d'en faire expressément la demande au secrétaire général Antonio Guterres, seul habilité à le créer.

L'ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, présente à Genève pour des réunions du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, a souhaité la création d'une commission d'enquête séparée sur les violations de ces droits dans la province de Kasaï, qu'elle a qualifiées d'« actes horribles ». Michael Sharp, Zaida Catalan et leurs familles "méritent justice", a déclaré Mme Haley dans un communiqué. « Nous le devons à leur engagement pour mettre fin aux abus en matière de droits de l'Homme perpétrés par des groupes armés et le gouvernement congolais contre le peuple congolais ».

Jusqu'à présent, l'ONU s'était contentée d'une simple enquête administrative qui devait rendre ses conclusions à la fin du mois de juillet. Ce mécanisme spécial d'enquête - s'il est créé - devrait donc permettre de lancer une investigation plus large et criminelle. Mais faute de pouvoir judiciaire, l'ONU restera tributaire de la bonne volonté de Kinshasa qui a déjà montré sa réticence à faciliter le travail d'enquêteurs suédois et américains qui auraient cherché à se rendre sur le terrain.

Deux jours pour se soumettre

La pression s'accentue sur Kinshasa. De Washington jusqu'à Genève, les instances des Nations unies se mobilisent au jour le jour. Depuis ses bureaux de Genève en Suisse, le haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, ZeidRa'ad Al Hussein, a affirmé attendre, dans les deux jours à venir, des engagements de la RDC au sujet des enquêtes relatives aux violences qui secouent la région du Kasaï.

« À moins que je ne reçoive des réponses appropriées du gouvernement concernant une enquête conjointe avant le 8 juin, j'insisterais sur la création d'un mécanisme d'une enquête internationale pour les Kasaï », a déclaré mardi le haut-commissaire ZeidRa'ad Al Hussein, à l'ouverture du trente-cinquième Conseil des droits de l'Homme à Genève.

Déplorant « les difficultés » d'accès aux zones où des violations et des abus « se produisent », Al Hussein a déclaré qu'il va « envoyer une équipe dans la région, la semaine prochaine pour rencontrer des personnes fuyant les attaques ». Il a, enfin, noté que la situation était « grave » dans les provinces du Kasaï et qu'elle continuait « à se détériorer », se propageant dans d'autres provinces et à travers la frontière avec l'Angola.

La menace onusienne intervient après que 262 Organisations non gouvernementales (ONG) congolaises et 9 organisations internationales ont pressé, le 1er juin, le Conseil des Nations unies aux droits de l'Homme d'établir une commission pour enquêter sur les violences meurtrières qui secouent la région du Kasaï depuis août dernier.

Selon ces ONG, citées par AFP, Kinshasa s'est montrée « incapable voire peu désireuse d'arrêter le carnage ou de faire en sorte que les responsables des abus rendent des comptes ».

Les violences sanglantes qui déchirent le Grand Kasaï avaient éclaté après l'assassinat par les forces loyalistes, le 12 août dernier du chef traditionnel influent, Kamuina Nsapu, qui réclamait son droit de règne sur une localité dans le Kasaï Central. La mort prématurée de Kamuina Nsapu avait donné lieu au déclenchement des violences sanglantes qui opposent les adeptes de ce défunt chef traditionnel aux forces de sécurité congolaises.

En avril dernier, les enquêteurs des Nations unies avaient révélé l'existence de 43 fosses communes dans la région du Kasaï. Entre 500 et 1000 personnes ont été tuées et enterrées dans ces fosses communes depuis le déclenchement de ces violences qui ont également forcé quelques 1,3 million de personnes au déplacement interne, selon des estimations des enquêteurs onusiens.

Un bilan présenté en mai dernier par un député national dans la région du Kasaï faisait, néanmoins, état de 3 307 personnes tuées dans les violences.

Congo-Kinshasa

Forum sur la paix dans le Grand Kasaï - Des questions sans réponses

Pendant quatre jours, s'est tenu à Kananga, chef-lieu du Kasaï Central, le forum sur la paix dans le Grand… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.