4 Juillet 2017

Soudan: CPI - Décision jeudi sur le refus de Pretoria d'arrêter le président Omar el-Béchir

Photo: flickr
El Bechir,président du Soudan, au 27éme sommet de l'Union Africaine 2016

Le verdict qui sera rendu par la Cour pénale internationale(CPI) concernant la violation ou non des lois internationales par l'Afrique du Sud pour avoir refusé d'arrêter sur son sol en 2015 le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi de génocide, devrait servir à l'avenir de coopération entre les Etats et la Cour

« La décision est fondamentale pour l'exécution future » des demandes de la CPI, a affirmé Carsten Stahn, professeur de droit international en criminologie à l'université de Leiden. « Il est possible, et c'est ce que beaucoup espèrent, que la décision témoigne d'un certain degré de compréhension et peut-être d'indulgence envers l'Afrique du Sud et suggère que le débat se poursuive en chambre d'appel », a-t-il ajouté.

Pour l'accusation, le gouvernement sud-africain avait violé le droit international en permettant à l'avion de son homologue soudanais de décoller d'une base militaire, alors qu'il avait l'occasion de l'arrêter. En évoquant le « rôle pacificateur » d'Omar el-Béchir sur le continent, le gouvernement sud-africain assure s'être retrouvé partagé entre le respect des règles de la CPI et celui de sa propre législation, argumente-t-on.

« Il n'est et n'était pas du devoir de l'Afrique du Sud, aux termes du droit international, d'arrêter le chef d'un Etat non membre de la Cour comme Omar el-Béchir », ont rétorqué les avocats de Pretoria.

Selon les experts, les juges pourraient renvoyer l'affaire devant une l'Assemblée des Etats parties au Statut de Rome ou devant le Conseil de sécurité pour d'éventuelles actions supplémentaires. D'autres pensent qu'il est probable que les juges considèrent que l'Afrique du Sud a manqué à ses obligations.

Visé par deux mandats d'arrêt internationaux émis par la CPI en 2009 et 2010, pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis au Darfour, Omar el-Béchir continue de voyager sans être inquiété, même si ses déplacements sont réduits. Khartoum vient d'ailleurs d'annoncer qu'il est attendu en août à Moscou par son homologue russe Vladimir Poutine dont le pays a fait savoir en novembre son intention de retirer sa signature du Statut de Rome, traité fondateur de la CPI.

A l'instar de certains pays africains, l'Afrique du Sud tient également à quitter la CPI. Et pas plus longtemps que la semaine dernière, le président Jacob Zuma a réitéré ses intentions de Pretoria, assurant être en train de « modifier les problèmes de procédure »

Omar el-Béchir est poursuivi par la CPI depuis que les autorités sud-africaines l'avaient laissé rentrer chez lui après sa participation à un sommet de l'Union africaine à Johannesbourg.

Soudan

«Déflagrations», la guerre dessinée par les enfants

C'est un livre de dessins bouleversants sur la guerre, vue à hauteur d'enfant. « Déflagrations… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.