10 Juillet 2017

Sénégal: La plateforme de veille des femmes galvanise ses troupes pour des législatives apaisées

Photo: EttuJamm
Caravane de la Plateforme de Veille des Femmes pour la Paix et la Sécurité au Sénégal

La Plateforme de veille des femmes pour la Paix et la sécurité sensibilise pour des élections législatives apaisées au Sénégal. A travers une caravane nationale qui l'a mené depuis, le jeudi 6 juillet dans les régions de Dakar, Thiès, Louga, Diourbel, Kaolack et Fatick, elle remobilise les femmes sur le nécessaire engagement. Une initiative bénie par l'ensemble des familles religieuses visitées. Un symposium national se tient ce mardi 11 juillet à Dakar. Le processus sera complété par le lancement d'une salle veille qui sera animée par des femmes observatrices.

La campagne pour les élections législatives sénégalaises prévues le 30 juillet prochain est ouverte. La tension est vive avec 47 listes qui vont se discuter 165 députés. Ce qui aiguise un appétit immense et ravive les poches de tension alimentées par des déclarations incendiaires et invectives entre les acteurs politiques.

L'espoir est permis au terme de la caravane de sensibilisation que la Plateforme de Veille des femmes pour la paix et la sécurité vient de boucler. De Thiès à Fatick en passant par Louga, Diourbel, Kaolack la détermination a été la même pour que ces législatives sénégalaises se tiennent sans violence. Différents mouvements ont réitéré leur engagement à travers des déclarations ayant sanctionné  les symposiums organisés dans chaque région.

Ainsi, comme elle l'avait fait lors des joutes électorales de 2012 et 2014, la Plateforme de veille des femmes pour la paix et la sécurité a repris son bâton de pèlerin pour anticiper sur d'éventuelles violences durant cette période électorale. Une mission exaltante que la cinquantaine d'organisations qui la compose vont mener par la mobilisation des différents acteurs, la médiation auprès des parties prenantes et le monitoring des élections par le biais des observatrices formées.

La directrice régionale ONU Femmes, Mme Diana Ofwona estime que « la mise sur pied de la Plateforme de veille des femmes pour la Paix et la Sécurité s'inscrit en parfaite cohérence avec tous ces engagements pris par nos Etats et aussi avec la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, pour une participation effective des femmes dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix ».

Militant pour un leadership serein des femmes en politique, elle appelle la junte féminine à jouer pleinement son rôle de vigie pour l'instauration d'une paix durable malgré les menaces de tension qui minent le champ politique sénégalais.

Dans cette même veine, Mme Bineta Diop, Envoyée Spécial du Bureau de la Commission de l'Union Africaine pour les Femmes, la Paix et Sécurité de préciser que les femmes qui ont gagné le pari de la parité ont leur mot à dire et doivent revendiquer leur droit de désigner leurs futurs représentants à l'Assemblée Nationale.

Sur la même lancée, Mme Penda Seck Diouf souligne que les femmes sont les premières à souffrir d'une situation d'instabilité, vu leur rôle central dans la sphère familiale. C'est ainsi que, avance-t-elle, les femmes doivent s'investir davantage dans l'apaisement lors de ces joutes électorales pour participer à la prévention des crises pouvant perturber leurs activités de développement.

Avant de rappeler que « la vie continue après les élections donc il faut que les femmes puissent retourner dans leurs activités quelque soit l'issue du scrutin ».

Mme Bineta Diop invite aussi toutes les femmes à aller retirer leur carte d'électeur et s'acquitter de leur devoir civique. Ce qui, à son avis, va permettre aux femmes de désigner leurs futurs représentants à l'Assemblée qui vont pleinement défendre leurs intérêts.

La bénédiction des religieux

Comme son nom « ËTU JAMM » (''Espace de Paix'' en wolof), la plateforme est bénie par la totalité des familles religieuses qui ont reçu la caravane des femmes leaders.

Malgré le refus de certains d'entre eux de rencontrer tout acteur politique ou l'interdiction de toute activité ayant trait à la présente campagne électorale, ces guides religieux ont à l'unanimité bénie cette initiative de la Plateforme.

C'est à l'image des Khalifes généraux qui les ont personnellement reçu dont celui des Mourides (Serigne Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké), de Médina Baye (Serigne Cheikh Ahmad Tidiane Niasse), de Ndiassane (Mame  Bouh Mamadou Kounta), la famille Omarienne (Thierno Bassirou Tall), Thiénaba (Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Seck), la famille Ndiéguène (Serigne Mounirou Ndiéguène), Tivaouane (Serigne Moustapha Sy, fils de l'actuel Khalif Général), famille Aïdara de Thiès (Cheikh Abdoul Aziz Chérif Aïdara)... Sans oublier Sokhna Baly Mbacké, fille de Sokhna Maï Mbacké de Touba. A cela s'ajoutent les autorités religieuses de l'église tel que l'évêque André Gueye.

Ces guides religieux qui, à l'unanimité, ont prié pour la réussite de cette initiative estiment cette démarche s'arrime au socle de toute religion qui est à la recherche permanente de paix. C'est ainsi qu'ils ont manifesté leur engagement à s'investir pour l'atteinte des objectifs de la Plateforme.

Le président de l'association des imams de Louga, M. Salif Dème a promis de transmettre le message de la plateforme afin que le message distillé soit repris dans les prêches et sermons des imams.

Des déclarations d'engagement

L'invite de la plateforme a reçu une oreille attentive matérialisée par l'engagement des femmes investies dans la même mission. Ainsi de Dakar à Fatick, en passant par Thiès, Louga, Diourbel, Kaolack, les femmes ont rendu publique une déclaration d'engagement.

Des documents à travers lesquels les femmes ont matérialisé leur engagement à s'investir pour des élections législatives paisibles mais aussi préserver les acquis démocratiques propices pour l'autonomisation des femmes.

Un acte fort qui témoigne de la volonté des femmes mais aussi qui met les acteurs politiques devant leur responsabilité pour une issue heureuse des législatives du 30 juillet 2017.

Les femmes ont marqué leur refus de rester dans une posture de simples électrices ou d'être manipulées pour des intérêts partisans ou politiques, souvent sources de tension.

Elles ont également saisi cette opportunité pour partager leurs préoccupations par rapport à leur quotidien. C'est ainsi qu'elles ont exprimé le besoin lié au renforcement de la sécurité en cette période électorale, surtout dans les points chauds.

Entre autres préoccupations, les femmes rencontrées ont évoqué le problème de l'accès à la terre, le renforcement de capacité des femmes dans beaucoup de secteurs d'activité, la nécessité de créer des banques pour les femmes afin de faciliter l'accès au crédit…

Le résultat obtenu au terme de la tournée n'est que la résultante de la détermination de l'équipe de la plateforme de veille dirigée par sa présidente d'honneur Mme Bineta Diop, épaulée par Mme Penda Seck Diop, Coumba Fall Venn, Administratrice du Centre Panafricain pour le Genre, la Paix et le Développement. Une mission aidée par des représentantes d'organisations membres de la plateforme ainsi que des partenaires comme ONU Femmes, UNFPA, HCDH et AllAfrica Global Media

En l'espace de cinq jours, elles ont parcouru des centaines de kilomètres bravant soleil de plomb et pluies torrentielles pour porter la bonne parole à qui de droit dans l'optique de sensibiliser pour des élections législatives apaisées.

En prélude d'une deuxième caravane devant la mener dans la région sud du Sénégal, la plateforme tient son Symposium national ce mardi 11 juillet à Dakar où l'engagement de plusieurs femmes leaders et des organisations militant pour la même cause sont attendues.

Le processus sera bouclé par le lancement d'une salle de veille qui sera animée par les femmes formées au monitoring et qui vont suivre tout le processus électoral.

En savoir plus

Symposium National de la plateforme de Veille des Femmes pour la Paix et la Sécurité « ËTU JAMM »

Élections Législatives au Sénégal: les Femmes de la Société civile se… Plus »

Copyright © 2017 allAfrica.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.