11 Juillet 2017

Afrique de l'Ouest: Nouvelles attaques terroristes - Quand les djihadistes déclarent la guerre au G5 Sahel

analyse

Attaques terroristes tous azimuts au Mali ! C'est le moins que l'on puisse dire. En effet, alors que les forces de sécurité maliennes annoncent avoir repoussé dans la nuit du samedi 8 au dimanche 9 juillet dernier une attaque visant des postes de gendarmerie et de douane près de la frontière burkinabè, plus précisément à Benena, des soldats maliens tombaient dans une embuscade de djihadistes, le 9 juillet 2017, dans le Nord-Est du Mali.

Le bilan fait état de plusieurs militaires maliens blessés et de nombreux autres portés disparus dans le dernier cas. Selon un communiqué de l'armée malienne, « des véhicules ont été détruits », précisant que pour le moment, « on est sans nouvelles d'au moins neuf militaires ». Rappelons que cette série d'attaques intervient au lendemain du sommet de Bamako, tenu le 2 juillet dernier, à l'issue duquel les dirigeants du G5 Sahel se sont engagés à mettre en place une force conjointe antiterroriste d'ici le mois d'août prochain.

Depuis lors, tout se passe comme si les djihadistes avaient engagé une véritable course contre la montre, si fait qu'ils multiplient les attaques. A preuve, pas plus tard que la semaine écoulée, des djihadistes venus à dos de dromadaires et de chevaux, avaient attaqué Ngalewa, du nom de cette bourgade située dans le Sud-Est de la région de Diffa, en territoire nigérien, faisant une dizaine de blessés et une quarantaine de femmes et d'enfants pris en otage.

Il faut passer de la parole aux actes

Quelques jours plus tard, cinq soldats tombaient dans la région de Tahoua sous les balles assassines de la coalition terroriste menée par le sinistre Iyad Ag Ghali. Et ce n'est pas tout.

Pour narguer les dirigeants du G5 Sahel, ce dernier, à la veille du sommet de Bamako, avait diffusé la vidéo des 6 otages toujours retenus au Sahel ; histoire de rappeler aux uns et aux autres qu'aucun processus de paix n'est envisageable sans lui et ses hommes qui sèment la mort et la désolation dans la bande sahélo-saharienne.

En tout cas, conscients que l'opérationnalisation de la force commune antiterroriste contribuera à réduire considérablement leur marge de manœuvre, les djihadistes semblent avoir adopté la stratégie de la terre brûlée, étant donné qu'ils n'ont plus rien à perdre. Acculés jusque dans leurs derniers retranchements, ils vont multiplier les actes de désespoir, notamment les kamikazes et les attentats-suicides comme c'est actuellement le cas avec Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad.

C'est pourquoi il urge d'agir avant que ne déferlent en masse sur le continent, tous les djihadistes mis en déroute en Irak, en Syrie et en Afghanistan, surtout que le merdier libyen est loin d'avoir trouvé une solution. Il faut donc passer de la parole aux actes. Car, l'heure des beaux discours est terminée.

Afrique de l'Ouest

Attaques de l'école de police et de la Bae - Voici ce qui s'est réellement passé

L a nuit du mercredi à jeudi a été mouvementée à Abidjan, plus… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.