11 Juillet 2017

Soudan: Khartoum attend la levée définitive des sanctions américaines

Le Soudan espère que Donald Trump prendra la décision de lever définitivement les sanctions imposées depuis deux décennies, bien que des organisations de défense des droits de l'Homme appellent à leur maintien.

En janvier, l'ex-président américain Barack Obama avait décidé de lever une partie des sanctions économiques imposées à Khartoum en 1997 pour son soutien présumé à des islamistes. Cette décision s'accompagnait d'une période probatoire qui s'achève ce mercredi et qui pourrait déboucher sur la levée totale et définitive des sanctions. Cette décision n'interviendra que si les Américains estiment que le Soudan a suffisamment progressé sur cinq points à savoir : la fin du soutien aux groupes rebelles au Soudan du Sud, la fin des hostilités dans les provinces du Darfour, du Nil-Bleu et du Kordofan-Sud ainsi qu'une coopération avec le renseignement américain dans la lutte contre le terrorisme.

Le président Trump a trois alternatives : lever définitivement les sanctions, étendre la période probatoire ou faire machine arrière en réinstaurant l'embargo. « Le Soudan ayant réalisé de grands progrès sur ces cinq points, il est maintenant logique que les sanctions soient levées », a déclaré un responsable du ministère soudanais des Affaires étrangères, Abdelghani Elnaim, alors qu'un rapport de l'ONG Enough Project, basée à Washington souligne que « L'administration Trump doit reporter sa décision de lever les sanctions contre le Soudan ».

Les responsables soudanais font régulièrement valoir le soutien de Khartoum aux services de renseignements américains dans la lutte contre le terrorisme et l'aide apportée aux centaines de milliers de réfugiés sud-soudanais ayant fui la guerre civile et la famine dans leur pays. Le chargé d'affaires américain au Soudan, Steven Koutsis, avait en outre indiqué en juin que Khartoum avait fait preuve ces derniers mois d'une « extrême retenue » face aux rebelles au Darfour, Nil-Bleu et Kordofan-Sud.

Les sanctions américaines ont durement marqué l'économie du Soudan, touchée par l'inflation, une flambée des prix des denrées et une hausse du chômage. Des responsables soudanais assurent que leur levée aidera l'économie soudanaise à intégrer l'économie mondiale. « Cela nous ouvrira de nouvelles opportunités inexistantes ces 20 dernières années, comme accéder à des prêts », a indiqué le ministre des Finances Mohamed Al-Rikabi dans une interview à un quotidien local.

Mais selon un diplomate européen, il est possible que les sanctions ne soient pas levées dès cette semaine. « Il n'est pas logique que d'un côté Washington interdise l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants soudanais et que, de l'autre, il lève les sanctions », a-t-il confié sous le couvert de l'anonymat. Khartoum continue de réprimer des voix indépendantes et a échoué à contenir « des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité au Darfour et dans d'autres zones de conflit », avait plaidé Human Rights Watch en janvier après la décision d'Obama de lever les sanctions. Selon l'ONU, au moins 300.000 personnes ont été tuées et 2,5 millions déplacées depuis le début en 2003 de la guerre au Darfour.

Soudan

10 ans après, des réfugiés du Darfour rentrent au Soudan

Ils avaient fui le Darfour au plus fort de la crise, il y a 10 ans, pour aller en Centrafrique, alors presque stable.… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.