11 Juillet 2017

Afrique de l'Ouest: 8 millions d'euros sur 420 de budget de défense - Le soupçon d'un k.o sécuritaire de la France, au Mali et au Sahel

Entre Gao et Kidal, Tombouctou et Bamako il y a 1600 soldats français débarqués pour « éradiquer » le terrorisme au Mali et au Sahel. Cela n'a pas suffi parce que les soldats français peu formés pour une "guerre de sable" ont du mal à trouver leur place dans l'opération de défense du Mali et du Sahel. Une déception d'autant plus cinglante qu'au fil du temps, les opérations militaires comme la "Minusma", « Serval », « Barkhane » n'ont pu faire que de tirer un bilan autre qu'en demi-teinte de leurs actions de défense.

Du coup, la France n'hésite pas à convoquer un sommet des cinq Etats du Sahel : Mali, Mauritanie, Burkina, Niger, Tchad pour leur implication active dans la revanche sur la violence terroriste au Sahel. 420 millions de budgets proposés par la France, suscitent de nouvelles polémiques entre la France, l'Allemagne et les Etats- Unis qui pensent que l'opération militaire sur le terrain, dans cette partie de l'Afrique, reste une affaire de Paris officiellement dans son pré-carré pour valoriser ses intérêts économiques et géo-politiques dans le Sahel.

Mais l'inquiétude financière pour réunir les 420 millions d'euros est loin d'être résolue : le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Tchad, et le Burkina qui forment les cinq Etats du Sahel secoués par le terrorisme et qui doivent payer 10 millions d'euros chacun ont-ils des ressources financières, quand on sait que ces pays s'affrontent sur une crise de gestion peu réputée. "Mouton blanc" de cette cotisation, la France décaisse 8 millions d'euros. Mais cela ne suffit pas pour rétablir la mise en place des 420 millions d'euros avant octobre 2017.

A vrai dire, la France et les 5 Etats du Sahel sont épuisés physiquement, financièrement et moralement. Qui va payer les 412 millions d'euros qui restent pour monter l'opération de sécurisation du Sahel ? Au sommet de Bamako, Emmanuel Macron a oublié un pays de poids : L'Algérie beaucoup plus impliquée dans la gestion du terrorisme au Sahel. Seul le président Algérien Bouteflika qui a vécu le terrorisme avec "passion" chez lui, peut régler le conflit du "sable". Et pourrait faire le meilleur résumé de sa recette à la France, l'Allemagne, la Belgique, ou les Etats Unis.

Afrique de l'Ouest

Attaques de l'école de police et de la Bae - Voici ce qui s'est réellement passé

L a nuit du mercredi à jeudi a été mouvementée à Abidjan, plus… Plus »

Copyright © 2017 L'Intelligent d'Abidjan. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.