12 Juillet 2017

Ouganda: Le chanteur Bobi Wine célèbre son entrée au Parlement

En Ouganda, le chanteur Bobi Wine, le «président du ghetto» comme il est surnommé a prêté serment mardi à Kampala. Il y a deux semaines environ, il a été élu député à la suite de l'organisation de nouvelles élections partielles, celles de 2016 dans cette région ayant été annulées pour de mauvaises pratiques. Bobi Wine de son vrai nom Robert Kyagulanyi Ssentamu qui s'est présenté comme candidat indépendant a gagné ces élections avec plus de 77% des voix, loin devant le candidat du parti du président le NRM ainsi que de l'opposition. Reportage.

« Sawa Sawa » (« Il est temps »). Les supporters habillés en rouge, noir et jaune, les couleurs de l'Ouganda, scandent le slogan de Bobi Wine. Ils sont venus nombreux chez lui, sur le bord des routes, devant le Parlement, pour saluer leur nouveau député. Parmi eux, Hanane, 24 ans, taxi-moto : « Je l'aime vraiment beaucoup. J'attends de lui qu'il mette la priorité sur le ministère de la Santé afin de fournir les hôpitaux en médicaments. Ainsi que sur le ministère des Travaux pour construire de bonnes routes. »

Dans les prochaines semaines, le nouveau député devrait faire face à un débat intense à l'Assemblée. Une loi sur l'âge limite du président devrait y être présentée. A l'heure actuelle, Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, n'est pas autorisé à poser de nouveau sa candidature.

Un pas vers la présidence ?

La position de Bobi Wine à ce sujet est très claire : « Nous devrions défendre et protéger la Constitution et ne pas simplement l'éditer et la changer pour la satisfaction d'un groupe de personnes, afin de flatter l'ego de quelqu'un. Je crois que l'Ouganda a parcouru un long chemin et maintenant nous devons être bénis par le don d'une transition pacifique au pouvoir. Et l'article 1- 02 paragraphe b est la seule solution. »

En ce qui concerne ses ambitions, et sa possible candidature à la prochaine présidentielle, le « président du ghetto » reste prudent, mais ne l'exclut pas.

Ouganda

Un projet de changement constitutionnel du droit des terres inquiète

La semaine dernière, le gouvernement a proposé au Parlement un texte pour modifier la Constitution.… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.