12 Juillet 2017

Congo-Kinshasa: Atelier de mise à niveau des observateurs électoraux - La Société civile tient à la crédibilisation du processus électoral en danger

A 82% de la réussite de l'identification et enrôlement des électeurs, un panel des Experts de la Société civile a résolu d'organiser une session de mise à niveau des observateurs électoraux de la Société civile de la Ville de Kinshasa.

Ce, dans l'optique de crédibiliser le processus électoral en cours. "Nous ne devons pas attendre que les critiques et les suggestions viennent de l'extérieur et, aussi, ne pas permettre aux politiciens qui s'agitent par rapport à ce processus pour le faire tomber", a soutenu Dieudonné Mushagalusa. Raison pour laquelle, la Société civile se prépare à déployer plus de 300 observateurs afin d'observer et de donner des propositions et des remarques constructives pour un atterrissage en douceur.

Ce processus, a-t-il fait savoir, va permettre à la RDC de sortir de la crise actuelle. Au nombre des formateurs de haut niveau, il a été noté notamment, la présence de l'Abbé Jean-Bosco Bahala, Ambassadeur de la paix et spécialiste dans la formation électorale. La société civile a fait appel à la haute hiérarchie de la Ceni et à sa représentation provinciale pour qu'en fait, l'observateur soit bien outillé et puisse savoir comment se comporter sur terrain en toute indépendance.

Une forte délégation de la Ceni a été présente, mercredi 12 juillet 2017, dans la matinée, à la Maison des Elections pour faire comprendre à plus de 300 observateurs électoraux leur mission, rôle et comment faut-il se comporter sur terrain. La représentante personnelle du Vice-président de la Ceni, Norbert Basengezi, Anne-Marie Mukuayanzo, Secrétaire Exécutif Provincial de la Ceni, explique que si on ne comprend pas l'administration de la Ceni, il sera difficile pour les observateurs d'exécuter leur mission. Ce sont des observateurs qui sont déjà accrédités après leur formation.

Cet atelier de mise à niveau les permettra de confronter les réalités du terrain et enrichir la procédure, les règles, la déontologie et l'éthique. La Ceni attend des observateurs une transparence du processus et de leur rapport qui permettra à la Ceni de rectifier les touches de là où il y a eu des lacunes. Dans la quête de la Coordination du Panel des Experts de la Société civile, il y a la mise à niveau des observateurs électoraux en vue d'améliorer le processus d'observation, d'abord et ensuite, contribuer à la crédibilisation de toutes les opérations pré-électorales et postélectorales. La Crédibilisation passe pour un élément essentiel qui permet de mettre en confiance toutes les parties prenantes à ce processus notamment, la population, les regroupements politiques ainsi que tous ceux qui sont sensés coordonnés les activités électorales en RDC. "L'objectif de mise à niveau des Observateurs électoraux se résume en trois éléments.

D'abord, l'implication de tous les observateurs électoraux dans la crédibilisation du processus électoral notamment, l'identification et l'enrôlement des électeurs. Au lieu d'attendre que les gens viennent de l'extérieur, que les politiques véreux fassent des critiques acerbes à la Ceni et au processus électoral, au risque de voir ce qui est déjà fait et être détruit", a dit l'équipe des organisateurs. Selon Mushagalusa : "Nous pouvons nous même en tant que Congolais faire de l'observation électorale notre propriété et nous approprier le processus dans le but de formuler des remarques constructives à l'endroit de la Ceni, en ce qui concerne d'amélioration du processus".

"Un deuxième objectif consiste à concourir à la consolidation et avoir un fichier électoral crédible et accepté par tous sur base de ce que nous allons faire, observer, de ce que nous allons faire comme proposition", a-t-il poursuivi. Au regard des agitations actuelles des politiques, il a attiré l'attention des participants sur le fait que la société civile a le privilège et le droit de dire tout haut ce qui est dit tout bas. "Le processus avec les agitations actuelles, les pressions actuelles, internes et externes, est en danger", a soutenu Dieudonné Mushagalusa. "Or, nous ne pouvons pas laisser ce qui nous appartiens parce que les élections c'est notre droit.

Nous l'avons en main pour que ça ne puisse pas être détruit, alors que nous sommes à ce jour à plus de 82% de réussite du processus", va-t-il insister. Nous allons tout faire, dit-il, pour que le processus puisse bien atterrir parce que c'est notre devoir. Après cette session, il y aura des activités de mise à la disposition de tous les observateurs le Kit de l'observateur électoral avant de les déployer sur le terrain dans le but de réaliser les objectifs que la Société civile s'est assignée.

Congo-Kinshasa

Les richesses de la RDC entre les mains du clan Kabila?

En RDC, la famille de Joseph Kabila aurait fait main-basse sur les ressources minières du pays. Les informations… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.