13 Juillet 2017

Afrique: Le financement des missions de paix, un casse-tête pour l'UA

En Afrique, les missions de paix sont pour la plupart prises en charge par les Nations Unies ou par l'Union africaine.

En 2015, plus de 100.000 Casques bleus étaient stationnés dans des pays africains, soit davantage que dix ans auparavant. Les points les plus « chauds » du continent sont le Darfour, au Soudan, le Soudan du Sud et le Mali. Des missions difficiles auxquelles s'ajoute un autre casse-tête pour l'Union africaine.

L'UA dépend en effet de financements des Nations Unies, de l'Union européenne et des Etats-Unis. Seuls 2,3% du coût des missions militaires de l'UA sont pris en charge par les Etats africains. Contrairement à l'ONU qui a un budget propre plus stable, sans oublier les chaînes de décisions au sein du Conseil de sécurité qui fonctionnent plus rapidement que les processus de discussion et de vote au sein de l'Union africaine. Annette Weber, de la Fondation de Recherche en Sciences politiques SWP précise que "l'autre difficulté : comment allier des structures de commandement très différentes ? Qui assure le commandement de la mission ? On a vu la rivalité entre l'Ouganda et le Kenya au sein de l'Amisom, en Somalie. Les équipements militaires ne sont pas toujours compatibles, ce qui amoindrit encore l'efficacité de la mission."

Les principales missions de l'Union africaine actuellement sont celle en Somalie, qui compte 22.000 soldats, la mission hybride au Darfour, avec l'ONU, la MINUAD, qui rassemble 14.000 hommes et puis les 55 observateurs déployés au Burundi.

L'autofinancement une idée qui peine à se concrétiser

Au moment de sa prise de fonctions en janvier 2017, le nouveau président de la Commission, Moussa Faki Mahamat, a annoncé vouloir faire de la sécurité sa priorité. Les chefs d'Etat du continent veulent financer eux-mêmes, à hauteur de 25%, les missions africaines. Notamment grâce à la taxe "Kaberuka" de 0,2% prévue mais qui n'est toujours pas prélevée par tous les Etats membres. En mai dernier, seuls 14 pays sur 54 s'étaient acquittés de leur écot. Annette Leijennar, de l'Institut de recherche pour la sécurité ISS à Pretoria, doute que cela dépasse les discours d'intention car "la participation financière de l'ONU ou d'autres partenaires bilatéraux n'est pas assurée. L'UA ne peut pas travailler sur des projets de long terme comme l'Amisom si ses finances ne sont pas sûres et planifiables."

L'idée d'un autofinancement - ou d'un financement autosuffisant de la part de l'Union africaine serait d'autant plus souhaitable selon la chercheuse que, sous l'impulsion de l'administration Trump, les Nations Unies ont baissé de 600 millions de dollars leur budget alloué au maintien de la paix.

Afrique

La BAD pour la mobilisation de ressources domestiques pour réaliser sa stratégie décennale

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), au titre de sa stratégie décennale,… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.