13 Juillet 2017

Cameroun: Une jeune fille se fait exploser dans une salle de jeux à Waza

Le Cameroun est une nouvelle fois de plus endeuillé par une attaque terroriste dans l'extrême-nord du pays. Une attaque provoquée par une jeune fille kamikaze, qui a fait au moins 14 morts et une trentaine de blessés dans un quartier commerçant de la ville de Waza.

Il était 21h30 heures, ce mercredi soir, lorsque deux jeunes filles se sont fondues dans un quartier commerçant de Waza. L'une d'elles est alors entrée dans une salle de jeux vidéo pleine de jeunes et la kamikaze a actionné sa charge explosive. On déplore énormément de victimes, essentiellement des enfants. La victime la plus jeune avait seulement cinq ans.

Cette explosion a attiré l'attention des BIR, l'unité spéciale déployée contre Boko Haram et qui a un détachement à Waza. Un militaire a rapidement neutralisé la seconde jeune kamikaze, avant qu'elle ne passe elle aussi à l'acte. Dans l'immédiat, les blessés ont été transférés non loin, à Mora, et d'autres à Maroua, pour être soignés.

Cette attaque n'a pas été revendiquée par Boko Haram, mais elle en porte toutes les caractéristiques. « La plupart des attaques de Boko Haram sont faites par des kamikazes », indique une source sécuritaire. Ces attaques sont très fréquentes dans les villages proches de la frontière, ces dernières semaines. Cela pousse les habitants à fuir et à se réfugier ailleurs. Les activités touristiques du parc de Waza ont quasiment cessé.

Cameroun

Le rapport alarmant d'Amnesty sur les violations des droits de l'homme

Amnesty International dénonce des violations systématiques des droits de l'homme dans l'extrême-nord… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.