14 Juillet 2017

Congo-Brazzaville: Les Congolais privés de Fespam en 2017

Photo: Facebook
Fespam au Congo-Brazza

Le gouvernement congolais a décidé de reporter sine die la 11ème édition du Festival panafricain de musique (Fespam) initialement prévue du 19 au 21 juillet, pour des «impératifs insurmontables d'agenda». Une décision qui a provoqué une vague de réactions dans les rues de Brazzaville.

Et les réactions sont diverses. Elles vont de la compréhension sur le refrain, il n'y a plus assez d'argent dans les caisses de l'Etat en raison de la crise, au mécontentement parce que les Congolais ont besoin de divertissements.

Vu la chute du baril de pétrole et les élections qui se préparent, ils ont raison de reporter (le Fespam)... Une très mauvaise nouvelle parce que nous avons passé une année très timide... les jeunes ont besoin de loisirs... les jeunes ont besoin de travail

Le festival était organisé chaque année jusqu'en 2015. Il a été décidé en 2016 que l'édition suivante, la XIè, aurait lieu en juillet 2017 et aurait pour thème « Musique et environnement en Afrique et dans la diaspora ».

C'est donc cette nouvelle édition qui est reportée.

En savoir plus

Musique - Bye bye Fespam

A quelques jours de la date prévue, Brazzaville est dévêtue de symboles alertant cette 11e… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.