14 Juillet 2017

Ile Maurice: Énergie solaire - Le CEB recherche mille petits producteurs d'électricité

Produire sa propre électricité à partir de sources d'énergies renouvelables. Le Central Electricity Board (CEB) a lancé, lundi, la deuxième étape du Small Scale Distributed Generation (SSDG) Net-Metering Scheme (facturation nette), qui utilise l'énergie solaire.

Réservé uniquement aux clients résidentiels, ce plan permettra au CEB d'intégrer 2 Mega Watt (MW) d'électricité sur le réseau, à travers un millier de petits producteurs.

Soit 1 MW pour les particuliers et 1 MW pour les consommateurs tombant sous les plans Integrated Resort Scheme (IRS), Real Estate Scheme (RES) et ceux utilisant une alimentation électrique triphasée.

Sous cette deuxième phase, les clients résidentiels peuvent installer des panneaux photovoltaïques d'une capacité maximale de 3,5 kilo Watt peak (kWp), soit pouvant produire 3,5 kW d'électricité en une heure.

Alors que la catégorie des clients tombant sous les régimes IRS, RES et ceux utilisant une alimentation électrique triphasée doivent utiliser des panneaux pouvant produire jusqu'à 5 kWp.

Le plan du CEB permet ainsi à un particulier de produire de l'électricité et de reverser les unités produites en surplus sur le réseau national. Le soir, alors que la production est nulle, le petit producteur peut alors utiliser l'électricité du CEB. Il aura à payer la différence si le nombre d'unités utilisées dépasse celui qu'il a fournies sur sa facture. C'est le principe de la facturation nette.

Le CEB a introduit le concept d'une facturation minimale, même si la charge d'énergie à facturer est à zéro. Cela, pour compenser les frais d'opération et de maintenance du réseau du client, les coûts administratifs et les charges fixes, entre autres.

Ainsi, si la différence entre l'énergie produite et consommée est de 0 à 75 kilo Watt par heure (kWh), il faut payer Rs 44. Entre 76 et 300 kWh, il faut payer Rs 184 et au-delà de 300 kWh, ce sera Rs 369.

Toute personne intéressée par ce nouveau plan du CEB, et voulant faire l'acquisition de panneaux photovoltaïques devra s'adresser aux fournisseurs d'équipements. Ces derniers feront une étude de la situation et du besoin énergétique quotidien de l'éventuel petit producteur.

Les équipements peuvent coûter au-delà de Rs 100 000, dépendant du type et de la capacité des panneaux photovoltaïques. La maintenance de l'onduleur, qui fournit le courant alternatif, et des panneaux est offerte.

Ceux qui veulent se lancer dans ce projet peuvent contracter un emprunt auprès des banques commerciales, qui vont les financer jusqu'à 85 % pour les équipements au-delà d'une capacité de 3,5 kWp et à 100 % pour les équipements jusqu'à 3,5 kWp, à travers un green loan.

Un individu peut avoir un remboursement de la Mauritius Revenue Authority sur la TVA (15 %), concernant l'équipement. Selon le CEB, les petits producteurs potentiels peuvent déjà faire leurs demandes, qui sont souvent prises en charge par le fournisseur de service. Il faut payer Rs 375 lors de la demande.

À la réception de la lettre d'intention, il faut que le client fournisse tous les documents nécessaires dans les trois mois et paie une somme de Rs 750. Le système de production d'électricité photovoltaïque doit être installé dans les neuf mois suivants. Avant d'être connecté au réseau du CEB, il y a toute une série de tests qui sera effectuée.

Lors de la première phase du SSDG, lancée en septembre 2015, qui s'appuie elle aussi sur le principe de la facturation nette, l'organisme était à la recherche de 2 000 petits producteurs pouvant fournir une capacité de 5 MW.

Ile Maurice

Bateaux - La fabrication a le vent en poupe

Sous un soleil de plomb, des ouvriers s'activent sur un chantier bordé par l'océan. Équipés… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.