6 Juillet 2017

Afrique: Un don de 50 millions de dollars de la part du Canada pour un programme unique de renforcement de la résilience

communiqué de presse

Rome — Les agences alimentaires des Nations Unies lancent un programme conjoint exceptionnel, qui s'étalera sur cinq ans. L'objectif est de venir en aide aux communautés vulnérables dans trois zones touchées par des crises. Ce programme vise à satisfaire les besoins alimentaires immédiats des populations et à améliorer leur résilience tout en luttant contre les causes originelles de l'insécurité alimentaire.

La contribution du gouvernement canadien de 50 millions de dollars canadiens servira notamment des projets en République démocratique du Congo, au Niger et en Somalie qui seront mis en œuvre par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fond international de développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Bien que les trois agences basées à Rome collaborent déjà étroitement dans plusieurs pays, c'est la première fois qu'elles reçoivent un financement commun, s'étalant sur plusieurs années, en faveur de la résilience. Les mêmes communautés recevront cette aide, et ce, dans la même zone géographique : en Somalie dans la région du Togdheer qui s'approche à grands pas d'une situation de famine, en raison de la sécheresse et des conflits ; au Niger, dans les régions de Maradi et de Zinder qui sont exposées au changement climatique ; et en République Démocratique du Congo, dans la région du Kivu, secouée par de récurrents conflits ces dernières années.

Ce programme commun vise à améliorer la sécurité alimentaire et à renforcer la résilience des familles en difficulté, en particulier les femmes et les enfants, et ce, grâce aux efforts des gouvernements nationaux et des communautés locales.

« Cet investissement considérable pour renforcer la résilience des populations symbolise une véritable volonté d'éliminer la faim » a déclaré José Graziano Da Silva, Directeur Général de la FAO. « En renforçant leurs moyens de subsistance, les communautés vont améliorer leur résistance face aux crises prolongées, aux catastrophes et aux conflits et pourront se rétablir plus rapidement ».

« Les investissements du FIDA renforcent la résilience des populations rurales, et ce, également dans les zones les plus fragiles et dans le contexte de crises prolongées, où les souffrances liées à la faim et la pauvreté sont profondément ancrées », selon le Président du FIDA, Gilbert F. Houngbo. « Les agences basées à Rome sont fermement engagées à travailler ensemble afin de s'assurer de la complémentarité des opérations en vue de réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030 ».

« Ce projet inter-agences qui s'étend sur plusieurs années à l'initiative du Canada révolutionne la manière dont nous appréhendons les programmes de résilience. Nous obtiendrons de meilleurs résultats et transformeront la vie des populations marginalisées » a affirmé David Beasley, Directeur exécutif du PAM.

Le don du Canada, disponible dès la mise en place du programme, va notamment permettre aux agences de synchroniser leurs activités grâce à un système testé et approuvé de consultation sur ledit programme, et qui met les populations locales au cœur des décisions. Les effets de cette stratégie integres feront l'objet d'un contrôle rigoureux grâce à un indice mesurant le degré de résilience.

Les agences alimentaires des Nations Unies lancent un programme conjoint exceptionnel, qui s'étalera sur cinq ans. L'objectif est de venir en aide aux communautés vulnérables dans trois zones touchées par des crises. Ce programme vise à satisfaire les besoins alimentaires immédiats des populations et à améliorer leur résilience tout en luttant contre les causes originelles de l'insécurité alimentaire.

La contribution du gouvernement canadien de 50 millions de dollars canadiens servira notamment des projets en République démocratique du Congo, au Niger et en Somalie qui seront mis en œuvre par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fond international de développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM). Bien que les trois agences basées à Rome collaborent déjà étroitement dans plusieurs pays, c'est la première fois qu'elles reçoivent un financement commun, s'étalant sur plusieurs années, en faveur de la résilience.

Les mêmes communautés recevront cette aide, et ce, dans la même zone géographique : en Somalie dans la région du Togdheer qui s'approche à grands pas d'une situation de famine, en raison de la sécheresse et des conflits ; au Niger, dans les régions de Maradi et de Zinder qui sont exposées au changement climatique ; et en République Démocratique du Congo, dans la région du Kivu, secouée par de récurrents conflits ces dernières années.

Ce programme commun vise à améliorer la sécurité alimentaire et à renforcer la résilience des familles en difficulté, en particulier les femmes et les enfants, et ce, grâce aux efforts des gouvernements nationaux et des communautés locales.

« Cet investissement considérable pour renforcer la résilience des populations symbolise une véritable volonté d'éliminer la faim » a déclaré José Graziano Da Silva, Directeur Général de la FAO.

« En renforçant leurs moyens de subsistance, les communautés vont améliorer leur résistance face aux crises prolongées, aux catastrophes et aux conflits et pourront se rétablir plus rapidement ».

« Les investissements du FIDA renforcent la résilience des populations rurales, et ce, également dans les zones les plus fragiles et dans le contexte de crises prolongées, où les souffrances liées à la faim et la pauvreté sont profondément ancrées », selon le Président du FIDA, Gilbert F. Houngbo.

« Les agences basées à Rome sont fermement engagées à travailler ensemble afin de s'assurer de la complémentarité des opérations en vue de réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030 ».

« Ce projet inter-agences qui s'étend sur plusieurs années à l'initiative du Canada révolutionne la manière dont nous appréhendons les programmes de résilience. Nous obtiendrons de meilleurs résultats et transformeront la vie des populations marginalisées » a affirmé David Beasley, Directeur exécutif du PAM.

Le don du Canada, disponible dès la mise en place du programme, va notamment permettre aux agences de synchroniser leurs activités grâce à un système testé et approuvé de consultation sur ledit programme, et qui met les populations locales au cœur des décisions. Les effets de cette stratégie integres feront l'objet d'un contrôle rigoureux grâce à un indice mesurant le degré de résilience.

 

Afrique

Conférences de l'Omc à Buenos Aires - Roberto Azevedo déçu des résultats obtenus

La onzième conférence des 164 ministres des Etats membres de l'Organisation mondiale du commerce (Omc) n'a… Plus »

Copyright © 2017 PR Newswire. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.