14 Juillet 2017

Cameroun: Assassinat de Mgr Bala - Mystère autour du corps présenté aux experts allemands

A travers un communique rendu public hier mardi 11 juillet, la Conférence épiscopale émet des réserves au sujet de la dépouille exploité par des experts allemands lors de la troisième autopsie. Ce qui permet de s'interroger sur l'authenticité du cadavre à l'origine de manipulations.

Samuel Kléda archevêque de Douala et président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun est clair après sa sortie samedi dernier. En 5 points le clergé réitère sa position « Mgr Bala a été assassiné » ce qui corrobore avec leur position du 13 juin dernier pendant que l'enquête se poursuivait.

Alors que les conclusions du procureur général de la Cour d'appel du Centre précisaient la thèse d'une « noyage » probable à l'origine de la disparition de l'évêque de Bafia, les évêques ne mâchent pas leurs mots sur le fait que « la dépouille de Monseigneur Jean- Marie Benoît Bala portait des marque des violence ».

Il y a cependant une nuance dans le fait que la dépouille « vue et reconnue au bord de la Sanaga et à la morgue de l'hôpital général... » était celle du prélat. Vraisemblablement les évêques du Cameroun semblent ne pas reconnaître le corps qui a fait l objet de la 3è autopsie par des experts allemands parce qu'en réalité l'on devait travailler sur la même dépouille.

Identification de la dépouille

L'on peut alors penser que le cadavre de Mgr Jean-Marie Benoît Bala a été substitué à des fins de dissimulation de la vérité. Qui l'aurait donc fait et pour quoi ? Et si les médecins camerounais étaient membres d'un syndicat du crime que peut-on attendre de la suite de l'affaire ?

Puisque le procureur Ntamack a signalé qu' « après examen approfondi, ils n'ont relevé aucune trace de violence sur le corps du défunt et ont conclu à cet égard que la noyade est la cause la plus probable du décès de l'évêque ».

Les investigations vont se poursuivre. Pendant que le communiqué de Jean Fils Ntamack précisait que le corps devait être remis à l'Eglise catholique, le clergé avoue jusqu'à ce jour n'avoir pas reçu les restes de l'évêque de Bafia. La preuve dans leur sortie « elles attendent que ce soit fait après identification de la dépouille ».

Un argumentaire qui semble épouser une information non encore élucidée qui fait état de ce que le sujet sur lequel Michael Tsokos et Mark Mulder ont travaillé n'étaient qu'un échantillon choisi pour confirmer que le défunt serait décédé dans l'eau sans aucune goutte dans les voies respiratoires.

Mensonge au sommet

Le procureur Jean Fils Ntamack a-t-il menti en déclarant que « le corps a été remis ce jour aux autorités religieuses pour inhumation » si six jours plus tard le macabé reste toujours à la morgue de l'hôpital central. En voilà qui vient compliquer la situation déjà trop tendue entre l'Eglise et le pouvoir. Puisque pendant que la justice se prononçait sur le dossier, les évêques du Cameroun se trouvaient à Yokadouma au sacre de Mgr Paul Lontsié- Keuné à qui est-ce que le corps a été remis et dans quelles circonstances ?

Mgr Kleda qui est un leader de l'Eglise catholique ne reconnaît avoir reçu le corps. Pour l'instant les évêques demandent aux fidèles de « prier pour le défunt Mgr Jean-Marie Benoît Bala (... ) et pour que la vérité se manifeste »

Cameroun

Humanitaire - Vers la construction à Mora d'une Superette Solidaire pour veuves et orphelins des soldats tombés contre Boko Haram

Depuis 2013, le Cameroun est en proie aux attaques meurtrières de la secte satanique et meurtrière Boko… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.