14 Juillet 2017

Sénégal: Maitrise de l'anglais et du numérique, discipline et rigueur des agents de l'état

Une administration sénégalaise performante, maitrisant les défis de l'heure, rigoureuse et disciplinée, c'est ce que veut le président Macky Sall. Venu présider la sortie des promotions 2011-2013 et 2013-2015 de l'Ecole nationale d'administration (Ena), il a appelé, les responsables de cette école à tenir en compte de ces paramètres dans la formation des futurs agents de l'Etat.

Une administration capable de répondre aux défis de l'heure, disciplinée et rigoureuse, voilà le souhait du président de la République pour les agents de l'Etat.

C'est donc pour atteindre cet objectif que le chef de l'Etat Macky Sall a demandé aux responsables de l'Ecole nationale d'administration (Ena), «de tourner les efforts vers la formation d'agents stratèges et préparés à l'anticipation». C'est aussi une impérieuse nécessité, pour le chef de l'Etat, d'agir avec les moyens et méthodes de notre temps.

«Je pense à la nécessité d'adapter la circulation du courrier administratif à l'utilisation optimale des technologies de l'information et de la communication (Tic). Je me suis toujours posé la question, devant le ministre Secrétaire général du gouvernement, lors de la signature de certains décrets, je vois toujours des papiers poinçonnés.

Quand-même, nous sommes en 2017, est-ce qu'on va toujours continuer avec le même mécanisme?» Par conséquent, il trouve nécessaire que des innovations soient apportées pour «permettre d'abord de ne plus travailler sur le support papier, mais aussi d'assurer l'authentification et la sécurisation des documents».

INTRODUCTION DE L'ANGLAIS DANS LA FORMATION POUR MIEUX PREPARER LES INSPECTEURS

«L'administration doit évoluer en fonction de l'environnement dans lequel nous vivons. Nos missions et responsabilités se déploient assez souvent au-delà de nos frontières. Dans une société ouverte et globalisée, nous ne communiquons pas seulement entre nous.

C'est pourquoi nous sommes appelés à interagir avec d'autres cultures et civilisations. Et, dans bien des cas, à compétence égale pour un poste, les connaissances linguistiques font la différence. Je voudrai inviter les autorités de l'établissement à intégrer cette dimension linguistique», a demandé le chef de l'Etat.

Il estime, par ailleurs, qu'avec les découvertes de gisements de pétrole et de gaz, les inspecteurs sénégalais sont tenus de maitriser l'anglais. «Vous ne pouvez pas ne pas enseigner l'anglais à l'Ena.

Au moment où le Sénégal s'ouvre à l'ère pétrolière et gazière, il faut que les futurs inspecteurs qui vont agir dans le domaine de la fiscalité, sachent que la fiscalité n'est pas seulement celle dans le monde francophone, mais qu'elle soit une fiscalité ouverte. En matière pétrolière et gazière, on a une fiscalité internationale», prévient le chef de la République.

UN STAGE DANS L'ARMEE POUR IMBIBER LES AGENTS DE L'ETAT DE LA DISCIPLINE ET LA RIGUEUR

Le président Macky Sall a également salué le retour du stage d'imprégnation militaire à l'Ena. «La restauration du stage d'imprégnation militaire ne fait que du bien. Si je le pouvais, toutes les écoles supérieures d'application feront ce stage d'imprégnation militaire. L'Armée, c'est la rigueur et la discipline, des qualités nécessaires aux agents de l'administration».

En présence du président de la République, le directeur de l'Ena, Cheikh Awa Balla Fall, a fait état des résultats obtenus par son école. «De 1960 à 2015, l'Ecole nationale d'administration a formé 2224 cadres de la hiérarchie A et 1093 cadre de la hiérarchie B», a-t-il dit.

Parmi ceux-là, les 150 nouveaux récipiendaires. Répartis en deux promotions. Ils sont au nombre de 71 pour ceux de la promotion 2011-2013. Leur parrain est l'ancien Premier ministre Habib Thiam. La seconde promotion (2013-2015), comptant 84 membres, a comme parrain, l'ancien Khalife général de Pire, Serigne Moustapha Cissé.

LES MAUX DE L'ENA

Le manque de visibilité dans le recrutement à la formation initiale, l'incohérence du dispositif national de la prise en charge de la formation, l'absence d'un corps professoral permanant, et des problèmes de prise en charge des dépenses d'enseignement et d'évaluation du payement des formateurs et l'organisation des examens d'entrée sont les difficultés soulevés par la direction de l'Ena devant le chef de l'Etat.

Sénégal

Report des élections législatives - Y'En A Marre appose son vêto

La question du report des élections soulevée par le président du groupe parlementaire de Bby,… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.