14 Juillet 2017

Ile Maurice: Activités illicites - Les casinos Senator soupçonnés de blanchiment

Pourquoi les casinos Senator intéressent-ils tant les enquêteurs de la commission d'enquête sur la drogue ? Mercredi soir, ces derniers, ainsi que des officiers de la Brigade des jeux, de la Gambling Regulatory Authority (GRA) et de l'Independent Commission against Corruption ont fait une descente des lieux dans la branche située à Port-Louis.

Selon nos recoupements d'informations, les limiers de la commission Lam Shang Leen soupçonnent cette chaîne de casinos d'être au cœur d'un vaste réseau de blanchiment d'argent provenant de la drogue.

Cela fait un moment déjà que Senator est dans le collimateur des autorités. En mai, un casino de cette chaîne a reçu la visite des employés de la GRA et d'autres instances pour la même raison. Fait intrigant : dans les casinos Senator, l'argent transiterait sans reçu et simplement sur signature d'un livret.

Au centre du blanchiment figurerait un homme, un certain R. S. qui est à la tête des cinq casinos Senator à Maurice. Il dirige aussi une autre chaîne de maisons de jeux à Maurice.

Il est également propriétaire d'un bureau de change et selon nos informations, cette affaire serait une des pièces principales d'un vaste réseau d'un blanchiment d'argent qui pourrait avoir une portée internationale.

Les cinq casinos Senator font partie d'une chaîne internationale de maisons de jeux. Les enquêteurs penchent pour deux modes opératoires quant au possible blanchiment.

Une des possibilités est que l'argent provenant de la vente de drogue soit confié au bureau de change. De là, le tout est envoyé vers le réseau international auquel appartiennent les casinos, rendant toute traçabilité impossible.

L'autre option que soupçonnent les enquêteurs est un transit vers les autres maisons de jeux gérées par R. S. De là, les sommes sont reversées directement sur des comptes en banque des particuliers, usant du prétexte que l'argent a été gagné aux jeux.

Parmi les actionnaires de Senator figurent plusieurs compagnies locales, mais aussi un individu d'origine hongroise, dont l'adresse est similaire à celle de la branche du casino de la rue Edith Cavell.

Par ailleurs, le dénommé R.S serait un proche de Shahebzada Azaree, qui lui-même s'est dit un passionné de jeux du hasard.

Sur place, les affaires tournent normalement, mais personne ne s'est aventuré à commenter la descente de la veille. Nous avons essayé d'avoir la version de l'établissement mais personne sur place n'a voulu faire de commentaires.

Cette partie de l'enquête intéresse particulièrement les enquêteurs de la commission d'enquête sur la drogue.

Selon les terms of reference de la commission, son rôle est non seulement de faire la lumière sur le lien entre le trafic de drogue et le blanchiment mais aussi de traquer les fonds afin d'identifier les activités illicites. Avec cette piste, ils espèrent arriver à répondre à ces deux terms of reference.

Ile Maurice

Découverte de sept kilos d'héroïne - Deux Kazakhs et deux Mauriciens interpellés

La courte durée de leur passage à Maurice a éveillé les soupçons des douaniers. Ravil… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.