14 Juillet 2017

Congo-Kinshasa: Que faire !

Evidente et inévitable est la crise en République Démocratique du Congo. Elle revêt plusieurs formes. Elle est à la fois politique, socio-économique et autres. Puisque la crise politique déteigne d'autres domaines, lieu de s'y attarder.

En effet, celle qui accroche ces jours est liée à la déclaration de Corneille Nangaa, Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Elle est tellement aigüe, cette crise, qu'elle a fini par créer une bipolarisation dans la classe politique.

Qu'on le veuille ou pas, dès lors qu'un acteur politique s'exprime sur un fait d'actualité ou dès lors qu'il prend position, plus facilement il est répertorié comme faisant partie soit des tenants du pouvoir, donc de la Majorité présidentielle avec ses affidées, soit de l'Opposition radicale.

Ainsi, il s'agit d'une part, de la MP, de ceux qui s'y sont collés à la faveur des concertations nationales, parce qu'ils logent à la même enseigne. S'ajoutent aussi tous les signataires de l'Accord du 18 octobre 2016, dit de la Cité de l'Union africaine.

Le cas de Vital Kamerhe que les analystes peinent à classer, en raison de son revirement, n'exclue pas non plus que l'on mette dans le même paquet certains signataires de l'Accord de la Saint Sylvestre qui, par la magie de la signature de l'arrangement particulier, ont décidé de convoler en justes noces avec les acteurs de la MP. Comme tel, la position soutenue dans ce camp est partagée par tous.

D'ailleurs, la sortie médiatique de Nangaa a donné raison à certains politiques, même au plan international, de croire que la centrale électorale cesse d'être indépendante.

Donc, elle fait corps avec la MP. Dans cette optique, ses membres sont jusqu'auboutistes et disent qu'il n'y aura pas élections cette année sans le Kasaï, en proie à l'insécurité.

Ce faisant, rien ne peut venir les effaroucher ni ébranler leur argumentaire. C'est notamment, d'autre part, la prise de position de l'autre camp, qui se décline en terme de l'opposition radicale. Donc, le Rassemblement de Limete et d'autres acteurs politiques qui évoluent dans d'autres plateformes ou en solo.

Se greffent à eux, naturellement, la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) et la Communauté internationale.

Ce bloc est aussi jusqu'auboutiste, au point que les deux se regardent en chiens de faïences. A l'ultimatum de l'opposition pour ne pas dépasser fin décembre sans organiser les élections, Nangaa répond par le report de celles-ci.

Vite la tension monte dans le pays, parce que cette crise politique entraîne une autre qui est socio-économique.

En effet, les Congolais se plaignent de l'inadéquation entre le salaire mensuel, qui ne permet pas de nouer les deux bouts du mois et le Franc Congolais, la monnaie nationale, dont l'effritement face au dollar américain inquiète au quotidien.

Comme conséquences inéluctables, c'est la misère criante, à laquelle s'ajoute l'absence d'infrastructures adéquates. Et, le pays n'est pas loin de connaître une implosion. Alors, que faire ? Faut-il que les deux camps se retrouvent autour d'une table ?

Un des camps, l'Opposition de Limete a déjà dit niet. C'est offrir un autre glissement sur un plateau d'or, indique-t-on. Du côté de la MP, Joseph Kabila a soutenu, à partir de l'Afrique du Sud, que le dialogue est permanent. Faut-il qu'ils se frottent jusqu'à l'épuisement de l'autre ?

C'est aussi une option qui ne manque pas d'inconvénients, majeurs, en ce qu'elle relève de la conjugaison de beaucoup d'autres forces en présence. Finalement, il faudrait qu'ils fassent quelque chose.

Laquelle ? A chacun d'y répondre. Ce sera une contribution pour faire avancer la République, non vers le gouffre, mais vers une sortie de crise.

Congo-Kinshasa

Hospitalisé, Diomi Ndongala en appelle à la CNDH pour sa libération

L'opposant congolais Eugène Diomi Ndongala en appelle, ce jeudi 21 septembre, à la Commission nationale… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.