15 Juillet 2017

Tunisie: Spectacle peu festif, mais perfectionné

Venons-en au spectacle avec lequel Chadi Guarfi a pris un risque comme il l'a lui-même déclaré.

Un risque parce que le spectacle reprend les chansons tunisiennes qui ont marqué les 60 dernières années pour les décliner ou les redistribuer musicalement sur d'autres instruments avec d'autres sonorités où on retrouve aussi bien le jazzy ( la présence de Fawzi Chekili était d'ailleurs remarquable ), que la salsa et d'autres rythmes latinos. Bref, des sonorités qui viennent d'ailleurs et qui n'ont pas servi d'habillage simple à la musique tunisienne (et c'était cela le risque en partie) mais qui semblent avoir été écrites spécialement pour ces chansons. C'est pour cela que ces rythmes n'ont pas trop pris le pas sur l'âme des chansons.

Car c'est cela aussi l'originalité de ce spectacle : écouter de la musique tunisienne avec de nouvelles sonorités. «Ce spectacle marque surtout les soixante ans de la République Tunisienne. Pour la première fois, notre musique sera musicalement communiquée d'une autre manière avec l'orchestration et la distribution, puisque c'est l'orchestre philharmonique de Tunis qui va assurer cette soirée, a déclaré Chadi Guarfi.

Nous avons voulu également réunir toutes les générations d'interprètes: de Soulef à Kacem Kéfi, en passant par Nourredine Béji, Mohamed Jebali, Adnène Chaouachi, Rachid El Mejri, Asma Ben Ahmed et Nour El Kamar. Je mentionnerai également le clin d'œil sur Ismaïl El Hattab et Hammadi Laghbabi à travers la danse exécutée par Rochdy Belgasmi. En fait, il s'agit d'une nouvelle manière sonore d'écouter notre musique. Toutes les sonorités seront différentes».

Une prise de risque que nous pouvons considérer comme réussie auprès du public, puisque le spectacle dans son rythme en général et son écriture musicale a retenu le public qui ne semble pas préparé à écouter des chansons tunisiennes autrement, c'est-à-dire séparées de leur aspect festif qui fait qu'elles expriment une réalité et un gestus social propre à notre tempérament mais qui a fini par jouer le jeu et entrer dans ces sonorités jusqu'au bout du spectacle sans quitter les gradins.

Un public qui est venu en nombre d'ailleurs pour assister à cette ouverture à l'amphithéâtre romain de Carthage et qui annonce de bonnes prémices pour les prochains spectacles. Un public qui a vécu ce spectacle comme une sorte de retrouvailles avec l'âge d'or de la chanson tunisienne à travers des figures comme Soulef, Noureddine Béji, Mohamed Jebali et Adnène Chaouachi qui ont rendu hommage à Ali Riahi, Hédi Jouini , Salah Mehdi et Sadok Thraya entre autres .

Tunisie

Club Africain - Marco Simone s'en va !

Marco Simone a finalement quitté le Club Africain. Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.