15 Juillet 2017

Cote d'Ivoire: Comment l'opération de mutinerie du contingent dit 2600 préparée a été stoppée ?

La spirale de la malédiction hante décidément la Lagune Ebrié. Des informations exclusives en possession de Confidentiel Afrique renseignent qu'une opération de mutinerie bien planifiée par le contingent 2600 a été nettement stoppée dans la nuit du 14 juillet au 15 juillet 2017.

En effet à la suite du paiement des primes des soldats issus du contingent dit 8400 appartenant pour la pluspart aux forces nouvelles intégrées au lendemain du processus des accords de Pretoria et de Ouagadougou à travers le Centre de commandement intégré qui regroupait à l'époque les Ex FDS fidèles à Gbagbo Laurent et les FAFN des Forces Nouvelles par le biais du billet 4 de l'accord de Ouagadougou, on pensait que la situation allait mieux.

Il sied de noter que la crise post -électorale qui a débouché à la chute de Gbagbo -au terme du processus d'intégration des soldats retenus dans le cadre du CCI - avait été accéléré et acté par les nouvelles autorités Ivoiriennes. Ces dernières avaient pris le contrôle du pays dès l'éviction de Laurent Gbagbo en avril 2011.

Cepedant durant la crise, des groupes d'auto-défense dont le plus célèbre connu sous le vocable de commando invisible avec sa figure emblématique le Sergent IB, qui avait pris la tête s'était constitué pour mener une bataille et servir d'appui dans Abidjan lors de l'offensive des FRCI constituées en majorité de soldats des ex Forces Nouvelles et des militaires des FDS. Ces soldats avaient fait allégeance au Président Alassane OUATTARA.

L'ensemble des éléments du commando invisible et d'autres assimilés furent recrutés par le Chef d'État major sortant, le général Bakayoko sur instruction du chef suprême des armées le président OUATTARA lequel avait validé les propositions de la hiérarchie militaire militaire de l'époque. Ainsi 2600 soldats furent intégrés dans les effectifs des FRCI.

Les mutineries de janvier et avril 2017 qui ont abouti au versement des 12 millions de Fcfa (soit moins de 20 000 Euros) aux soldats issus du contingent 8400 ont déclenché au sein des casernes d'autres appétits. Car les soldats issus du contingent 2600 recrutés dans la foulée estiment avoir mené le même combat que les soldats du contingent 8400.

Par conséquent ils doivent aussi percevoir 12 millions Fcfa ( soit moins de 20 000 Euros) comme leur frère d'arme. Cette mauvaise solution de récompenser les soldats du contingent 8400 désorganise les casernes. C'est dans cette optique que le ministère de la défense et la hiérarchie militaire avait engagé des négociations avec le contingent 2600. Entre temps le contingent tout au long des négociations a été infiltré par les autres forces au sein des casernes qui savaient que ce groupe allait activer un mouvement de mutinerie.

A la suite de l'échec des négociations, les éléments du contingent 2600 mal organisés ont tenté dans la nuit du 14 au 15 juillet dernier une opération de mutinerie qui a été stoppée net par les forces de défense et de sécurité qui avaient déjà pris des dispositions pour contenir ce mouvement qui s'est soldé par 3 morts à Korhogo et des blessés blessés à Abobo.

Au regard de tout ce qui précède, nos sources renseignent que l'échec du chantier de la refondation de l'armée par le régime actuel reste une épineuse question que le pouvoir devrait régler dans les meilleurs délais. A l'évidence, si aujourd'hui ce sont les 2600 , à quel corps d'armes serait demain ?

Le Président Alassane OUATTARA en tant que chef suprême des armées et ministre de la Défense doit convoquer les états généraux de l'armée pour jeter les bases d'une armée républicaine disciplinée et prompte au service de la nation.

Cote d'Ivoire

Conflit maritime pour l'exploitation des champs pétroliers

Le verdict est tombé dans le conflit maritime qui oppose la Côte d'Ivoire au Ghana. En effet, le Tribunal… Plus »

Copyright © 2017 Confidentiel Afrique. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.