17 Juillet 2017

Cameroun: Baisse de salaires - Plus de 200 employés dans la tourmente à Camair-Co

Selon des sources internes à l'entreprise, la cure d'amaigrissement des salaires en cours au sein de la compagnie aérienne s'attaquera aussi au 13ème mois et au nombre des directions.

De sources bien informées à Camair-Co, ce sont en tout 215 cas litigieux qui seront tranchés dans les prochains jours dans le cadre d'une opération de rédaction drastique des dépenses engagée par le top management de l'entreprise aérienne.

Sont concernés, des employés ayant eu des augmentations et nominations irrégulières. Pour remédier à cette situation, les salaires subiront des coupes, tout comme certains avantages seront revus à la baisse. Et parmi les avantages visés, il y a, apprend-on, le 13è mois. Toute chose que refusent les syndicats.

Pour eux, il s'agit d'une deuxième coupe en moins de 06 mois, la Camair-Co ayant réduit les salaires de l'ordre de 21% de la masse salariale dans le cadre de la stratégie de révision à la baisse des charges, comme l'indique si bien un communiqué datant du 27 mars 2017.

« Dans un contexte de crise, une réduction de la masse salariale et des effectifs s'impose », réitère des membres du top management de l'entreprise.

Qui pense que si l'opération se passe dans de bonnes conditions, la baisse pourrait atteindre jusqu'à 15% du chiffre d'affaires de l'entreprise. Hormis le 13ème mois qui est visé, et que rejettent vivement les syndicats, il est aussi prévu une réduction du nombre de directions.

Notamment, de 11 à 06 directions. Tout comme sont prévues les annulations de nominations, avancements, catégories, échelons, avantages financiers et matériels, et autres.

Pour les employés de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co), il n'est pas du tout question que la très grande majorité des employés de la compagnie soient les seuls à payer le prix élevé du plan de redressement que pilote depuis quelques mois le directeur général de Camair-Co.

Plusieurs d'entre eux, ayant participé mardi 11 juillet 2017 à Douala à une réunion de crise avec Ernest Dikoum, ont clairement exprimé cette préoccupation à leur patron.

« Nous avons rappelé ce point au DG de Camair-Co, parce qu'il s'apprête à supprimer les salaires de certains employés, à réduire les salaires et avantages de nombreux autres, tout en prenant le soin de se protéger et les siens. Et ça, nous ne pouvons l'accepter », a confié, hier à Douala, un employé de Camair-Co.

« Pendant la phase consacrée aux questions-réponses, nous l'avons interpellé sur le cas de son chauffeur, qui ne jouit que d'un an d'ancienneté au sein de l'entreprise, mais qui se retrouve propulsé en catégorie 7, alors que certains chauffeurs cumulant six ans d'ancienneté à Camair-Co restent maintenu en catégorie 4 ou 5.

En réaction, le DG a juste dit qu'il n'était pas au courant d'une telle situation », raconte un employé. A la direction générale, difficile d'arracher une audience avec le patron des lieux. LQE s'est vu repousser par les agents rencontrés à la réception.

« Le DG ne reçoit que sur rendez-vous », a lancé un agent au reporter. Cependant, un proche collaborateur d'Ernest Dikoum ayant requis l'anonymat, se veut plutôt rassurant. « C'est vrai que certains postes de directeurs seront supprimés ou fusionnés avec d'autres.

Cependant, le DG et DGA ne seront pas épargnés par ce plan de redressement, car il est question de réduire certains avantages et salaires exorbitants pour permettre à l'entreprise de réduire certaines charges qui pesaient énormément », confie-t-il. « Je n'y crois pas du tout », proteste un syndicaliste.

«Car jusqu'ici, le nom du DG et ses collaborateurs directs ne sont cités nulle dans cette opération de cure d'amincissement. Si c'est dur, ça doit être dur pour tout le monde, et non pour les faibles », déclare ce membre du Syndicat des travailleurs du transport aérien (STTA). En effet, la tension vive qui secoue vivement la compagnie aérienne depuis quelques jours date du vendredi, 7 juillet 2017.

Ce fameux jour où, au terme d'un conseil d'administration extraordinaire de l'entreprise, le DG de Camair-Co, Ernest Dikoum, entreprit d'informer le personnel que les salaires et avantages de nombreux employés allaient subir une véritable réduction dans les prochains jours. Ernest Dikoum expliquait dans un communiqué signé le 29 juin dernier, mais rendu public le 7 juillet 2017, les raisons d'une telle mesure.

« Des rapports récents et concordants de structures de contrôle (interne et externe), font ressortir des manquements très graves dans la gestion et le fonctionnement de la compagnie et qui appellent des corrections immédiates.

Cette mesure va avoir des incidences immédiates sur ceux des collaborateurs dont les rémunérations sont en déphasage avec les normes organisationnelles de la compagnie, ceux qui perçoivent des revenus non dus, ceux qui pour des raisons diverses bénéficient des avantages anormaux dans la société.

Des correspondances individuelles seront adressées aux concernés à cet effet », faisait-il savoir. Une mesure que la très grande majorité des employés n'acceptent pas du tout. « Les avantages des employés auxquels veut s'attaquer le Dg ne sauraient prospérer. Avant vous, plusieurs Dg ont combattu en vain notre 13ème mois.

Ceci, alors même que les salaires de Camair- Co sont parmi les plus bas du continent. Monsieur le directeur général, nous nous battrons, en tant que syndicalistes, pour que nos droits soient respectés », a déclaré, mardi dernier, le président Syndicat du personnel de Camair-Co, Ferdinand Orphée Sone.

Cameroun

Washington dément avoir retiré son soutien à l'armée accusée d'exactions

Au Cameroun, le dernier rapport d'Amnesty International continue de faire des vagues. L'ONG y épingle les forces… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.