16 Juillet 2017

Congo-Kinshasa: Promotion et mise à la retraite - Administration publique - Kabila accélère la réforme !

Par une série d'Ordonnances présidentielles et, évidemment, des décrets du Premier Ministre, des agents et fonctionnaires de l'Etat ont été promis et mis à la retraite par le Chef de l'Etat, Joseph Kabila Kabange.

Un nombre assez élevé d'agents d'exécution, de collaboration, des cadres supérieurs et des hauts fonctionnaires sont concernés par cette vague de mesures prises par la Présidence de la République et la Primature. Est-ce une punition ? Loin de là. Car, reconnaissent des observateurs avisés, y compris des syndicalistes, les dispositions réglementaires conforment aux lois de la République ont été pris en compte. Entre autres, les deux critères majeurs que sont l'âge maximal de la retraite qui est fixé à 65 ans et l'ancienneté de 35 ans de carrière ou plus.

Par ailleurs, les retraités qui sont à compter dans cinq ministères notamment, celui du Budget, des Finances, Plan, Portefeuille et Fonction publique, sont assurés de toucher la cagnotte qui va avec le remerciement de l'Etat. Au-delà, pour les plus valeureux, le Chef de l'Etat les a fait admettre dans le cercle resserré de l"'ordre national "Héros Nationaux " Kabila-Lumumba au rang de commandeur ou leur a décerné une médaille de mérite civique. En prenant cette décision courageuse, après plusieurs années, le Chef de l'Etat met ainsi en branle le processus de réforme de l'Administration publique tel que préparé, minutieusement par le Professeur Michel Bongongo, Ministre d'Etat, Ministre de l'Administration publique.

C'est près de 223 hauts fonctionnaires qui ont été promus et mis à la retraite au grade de Secrétaire Général. 894 agents de carrière des services publics de l'Etat se sont, eux, vus décernés la médaille de mérite civique, en or, argent ou bronze. C'est selon. Ce n'est un secret pour personne, les départs ne se font pas sans bruit dans l'administration publique car, bien souvent, au-delà de toutes les considérations, c'est à toute une vie que l'agent haut gradé ou pas va devoir tourner le dos.

C'est la Banque Mondiale qui réglera la note quant aux frais de la retraite dans le cadre d'un projet en cours avec le Gouvernement congolais. Les huissiers toucheront à titre d'exemple 7.105 USD. Quant à ceux qui partent en qualité de Secrétaires généraux, ils ne manqueront pas, à tout moment, d'être sollicités par la République. Ce, dans le cadre d'un coaching qu'ils pourront assurer avec l'implication toujours de la Banque Mondiale afin de transmettre leur expérience acquise pendant des décennies. La vigueur de la jeunesse entrante, surtout de l'ENA, devra, dans ce cadre, bénéficié de la lumière de leurs expériences. D'après des sources dignes de foi, une seconde vague de mise à la retraite serait en préparation.

Celle-là concernera, apprend-on, les agents des Régies financières à l'instar de la DGRAD, de la DGDA, de la DGI, de l'INS ainsi que du Ministère de la Santé. Des ratissages ont lieu dans quasiment toute l'administration pour dénicher d'autres cas de personnes éligibles à une retraite digne. Une caisse nationale de retraite sera incessamment mise en place et rendue opérationnelle pour que les retraités puissent continuer de percevoir d'une manière ou d'autre les avantages financiers jusqu'à leur mort. D'où, la psychose de la retraite devrait être exorcisée.

Congo-Kinshasa

OCHA s'inquiète de l'épidémie de choléra dans les Kivus

En RDC, le sous-secrétaire général des Nations unies est actuellement en visite. Stephen O'Brien… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.