17 Juillet 2017

Cameroun: Fusillade Compagnie de gendarmerie de Kousseri - Conduit à Yaoundé, le meurtrier ne regretterait pas son crime

Selon des informations obtenues par Camer.be, l'élève-gendarme Jude Woumessi qui a été transporté le 15 juillet 2017 par avion militaire au secrétariat d'Etat à la Défense chargé de la Gendarmerie (Sed), aurait été demander une permission pour maladie au Capitaine Ondoua, avant de le tuer

A en croire des sources crédibles, l'élève-gendarme Jude Woumessi, a été conduit samedi, au Sed à Yaoundé. L'on indique alors que le pandore incestueux, aurait déjà fait ses premières déclarations aux enquêteurs. A nous fier à nos informateurs, celui qui a froidement abattu trois de ses frères d'armes vendredi dernier à Compagnie de gendarmerie de Kousseri (département du Logone et Chari), région de l'Extrême-Nord, n'aurait aucun regret par rapport à son acte pour le moins odieux, repoussant et répugnant.

En fait, le 14 juillet de ce mois, l'élève-gendarme Jude Woumessi, a fusillé trois gendarmes : le Capitaine Ondoua, Commandant de la Compagnie de gendarmerie de Kousseri, deux jeunes femmes gendarmes, et une civile travaillant au restaurant de cette entité militaire située à proximité du Tchad. Pour ce qui est des mobiles du crime crapuleux, l'on apprend alors que Jude Woumessi, se serait rendu dans l'après-midi du vendredi, demander une permission au Capitaine Ondoua, pour affirme-t-on, cause de maladie. « Le Commandant a refusé, lui demandant de sortir de son bureau. Le petit gendarme qui était alors de garde, est rentré en son lieu, charger son arme, avant de revenir abattre son chef, ainsi que les deux femmes gendarmes du secrétariat, et la femme civile qui travaillait à la cuisine », nous confie une source qui croit savoir des déclarations du gendarme meurtrier qui selon lui, a déjà été entendu au Sed.

Des mobiles du crime qui s'entrechoquent

D'autres sources poursuivent que le Commandant de Compagnie, aurait même rabroué le petit gendarme, par un tir de sommation, lui répliquant qu'il n'était point malade, et qu'il jouait au malade imaginaire. L'on raconte qu'à plusieurs reprises, Jude Woumessi, avait obtenu des permissions pour maladie, et qu'à plusieurs fois, l'on l'aurait souvent retrouvé (paradoxalement) dans des lieux de joie. Une fuite d'informations qu'il aurait alors attribuée à ses deux sœurs d'armes abattues, ainsi qu'à la pauvre femme civile de cuisine. « Quand le Capitaine lui a dit qu'il savait déjà qu'il (Gendarme Jude Ondoua, Ndlr) n'est pas malade, il a su que ce sont les deux femmes gendarmes du secrétariat, additionnée à la femme de cuisine qui, l'auraient alors trahi. Un riverain confie que l'une des femmes gendarmes du secrétariat, était aussi soupçonnée d'entretenir des rapports sexuels avec le Commandant de Compagnie.

Raillerie pour maladie, rapports à charge, ravissement de la petite amie par le Commandant ?

Plus loin, une autre thèse soutient mordicus que malade, l'élève-gendarme Jude Woumessi, aurait souvent été l'objet de raillerie de ses frères d'armes, dont les deux femmes du secrétariat qu'il a abattu avec une effrayante froideur, ainsi que la femme civile de la cuisine. Pour les tenants de cette hypothèse, les trois femmes abattues, auraient souvent été ces précieuses adjuvantes du Capitaine Ondoua, dans la théorie selon laquelle cet officier subalterne, couchait avec la petite amie du petit gendarme. Certains expliquent alors que Jude Woumessi qui se serait senti excédé et humilié par son chef, en plus d'être moqué pour sa maladie, aurait alors prémédité un crime nourri par des rapports à charge de son chef contre lui.

Rapports qui aux dire des confidents, l'auraient alors empêché d'accéder au grade de Gendarme en janvier dernier, en plus de bloquer ses primes de garde. L'on avance même une période de sept ans durant laquelle, le jeune pandore, devait encore rester élève-gendarme. « Imaginez-vous que sept ans durant, vous êtes à gagner 48 000 FCFA, alors que le passage au grade de Gendarme, vous ajoute 50 000 FCFA à votre salaire. Vous voyez donc qu'en pensant qu'il porterait Gendarme au moment où ses promotionnaires seraient Maréchal-de-logis, ça peut laisser dégammer un sujet manquant de maitrise de soi », nous explique un militaire à la retraite.

En attendant de comparaitre au Tribunal militaire de Yaoundé dans les prochains jours, apprend-on, l'élève-gendarme Jude Woumessi que des confidents disent ne pas « regretter son acte », médite son sort au Sed. Sans doute que les sources officielles qui se veulent encore distraites, apporteront plus de lumière et de précision sur ce crime d'une puanteur insoutenable ; quelqu'en fussent été les mobiles. Et le meurtrier, curieusement, le jour du crime, confie-t-on, avait refusé de se rendre aux gendarmes, préférant le Commissariat spécial de la ville de Kousseri. Un acte qui pour certains, en dit long.

Cameroun

La crise anglophone s'invite à l'assemblée Nationale - Les travaux suspendus

Pour le député issu de cette région en proie aux velléités sécessionnistes, il… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.