17 Juillet 2017

Cameroun: Un partenaire qui compte

La visite au Cameroun du président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) est un événement majeur. D'abord, parce que c'est la première fois que M. Akinwumi Adesina, de nationalité nigériane, se rend officiellement dans notre pays, depuis son élection le 28 mai 2015 à la tête de la première institution financière africaine dont il est le huitième président.

Ensuite, sa visite rentre dans le cadre de la coopération entre la BAD et le Cameroun. Une coopération à la fois ancienne, riche et diversifiée. En effet, elle existe depuis 45 ans, car elle a débuté en 1972, avec le financement du projet de construction du terminal de l'aéroport international de Douala. Depuis lors, la BAD a octroyé plus de 2,5 milliards de dollars US (soit près de 1 436 milliards de FCFA) de prêts et dons au Cameroun, destinés à financer une centaine de projets de développement dans les domaines des infrastructures nationales et sous-régionales, dans l'agriculture, l'énergie, l'eau et l'assainissement, ainsi qu'en matière de gouvernance, entre autres.

La pose hier de la première pierre de l'usine hydroélectrique de pied de Lom Pangar, qui va produire à terme 30 MW d'électricité pour alimenter 150 villages de la région de l'Est, donne ainsi l'occasion de souligner la contribution significative de la BAD à la réduction du déficit énergétique auquel le Cameroun est confronté. Car la BAD, ainsi que la Banque de développement des Etats de l'Afrique centrale (BDEAC), financent cette usine hydroélectrique, la ligne de transmission et le réseau de distribution y associé. La BAD a aussi dans son portefeuille actif au Cameroun d'autres projets importants dans le secteur énergétique : renforcement des réseaux électriques de transport et de distribution ; usine thermique de Dibamba ; usine thermique de Kribi ; étude interconnexion Tchad-Cameroun.

La place qu'occupent les projets énergétiques dans les activités de la BAD s'explique par le fait que l'institution financière panafricaine a pour objectif premier de faire reculer la pauvreté dans ses pays membres régionaux, en contribuant à leur développement économique durable et à leur progrès social. Or, ce développement n'est guère possible s'il n'y a pas d'énergie électrique. Raison pour laquelle, dans le Top 5 de ses priorités, le Conseil des gouverneurs de la BAD a choisi comme première priorité : « Eclairer l'Afrique et l'alimenter en énergie ».

Puisqu'il est apparu très clairement que le déficit énergétique est effectivement au cœur des défis qui interpellent l'Afrique, et que l'alimentation suffisante en énergie sera le catalyseur et le moteur de la transformation du continent. Reconnaissant que l'Afrique ne dispose ni de la technologie, ni du financement nécessaires pour adopter, exclusivement, l'énergie renouvelable à court terme, la BAD a estimé que les sources d'énergie les plus abordables constituent les meilleurs choix pour le moment. D'où son engagement à financer l'usine de pied de Lom Pangar. Comme on le voit, la BAD est un partenaire qui compte dans la construction du Cameroun émergent. En un mot comme en mille, c'est un partenaire stratégique.

Cameroun

Le rapport alarmant d'Amnesty sur les violations des droits de l'homme

Amnesty International dénonce des violations systématiques des droits de l'homme dans l'extrême-nord… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.