17 Juillet 2017

Cameroun: L'enquête après le naufrage d'un bateau de l'armée

Au Cameroun, une enquête est en cours et une cellule de crise a été mise sur pied après le naufrage d'un navire de l'armée, dimanche matin, entre Douala et la péninsule de Bakassi, au sud-ouest du pays. Pour l'heure, 34 militaires sont portés disparus. Il n'y a que trois rescapés.

Les victimes font partie des militaires du BIR, le bataillon d'intervention rapide. Ils sont en première ligne dans la lutte contre Boko Haram dans l'extrême-nord du pays, mais ils étaient en mission logistique pour transporter du matériel destiné à la base militaire de Bakassi.

D'après les premières informations, la mer était très agitée ce dimanche et les conditions météo se sont brusquement dégradées. Et il était six heures du matin quand le Mundemba a coulé avec 37 personnes à son bord.

Selon un communiqué de l'armée, le navire était de type LCM, c'est-à-dire un bateau conçu pour transporter et débarquer des véhicules. Il avait été mis en service en 2009 et faisait en ce moment la navette entre Limbé et Bakassi à la frontière du Nigeria.

Il transportait du « ravitaillement et du matériel » pour les activités « civilo-militaires » du BIR dans la péninsule. Le bataillon d'intervention rapide construit là-bas des infrastructures et réalise des travaux d'aménagement.

Etait-il surchargé ? Certains au Cameroun se posent la question. Mais pour le colonel Badjeck, responsable de la communication au ministère de la Défense, le mauvais temps est en cause : «

Cette zone c'est une zone qui est particulièrement dangereuse et donc la météo peut changer très, très brutalement.

C'est sûr qu'ils ont été pris dans une mauvaise vague qui a dû renverser le bateau. Le poste des opérations a perdu immédiatement le bateau. Il n'y a eu aucune alerte de l'équipage. C'est un accident qui est arrivé brutalement ».

Mais les questions restent nombreuses quant aux circonstances du naufrage : comment le navire a-t-il pu disparaître totalement et pourquoi n'y a-t-il eu que trois rescapés ? Les opérations de secours continuent actuellement.

La marine a déployé ses équipes de plongées, mais les chances de retrouver des survivants s'amenuisent d'heure en heure.

Cameroun

Amnesty accuse les forces de sécurité de torture

Dans un rapport publié le 20 juillet, Amnesty international dénonce la mort en détention des… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.