17 Juillet 2017

Sénégal: Drame à la finale de la Coupe de la ligue pro - Mbour paie un lourd tribut avec 8 morts

La finale de la coupe de la ligue pro de football qui a opposé Stade de Mbour à l'USO au Stade Demba Diop le 15 juillet 2017 a viré au drame. Des supporters mbourois au nombre de huit dont une fille ont péri suite à une bousculade. Un sauve-qui-peut ayant entraîné l'effondrement d'un pan de mur à l'extrême de la tribune découverte.

Jeunes supporters mbourois évoluant dans les écoles de petites catégories d'école de football avaient, le temps d'un après midi, communié et pris rendez vous avec l'histoire avec au bout un premier trophée. Hélas ! Ils ne savaient pas qu'ils allaient être foudroyés par la mort. Le spectacle est désolant.

Le ballet d'ambulances (Samu et de Rufisque) vers les structures sanitaires les plus proches du Stade Demba Diop est incessant. Requisitionnés, Gaspard Camara, Hôpital général de Grand Yoff et l'Hôpital Principal accueillent les blessés et les corps sans vie.

Des négociations âpres sont menées dans la journée d'hier, dimanche 18 juillet, pour dissuader les jeunes mbourois de marcher suite à des déclarations faites par les autorités qui ont parlé d'échauffourées ou de bagarres.

«LES JEUNES MBOUROIS SE PRESENTENT EN« VICTIMES AGRESSEES»

Selon eux, de pareilles déclarations sont outrageantes avec une constance des faits témoignés par des images. Les jeunes mbourois se présentent en« victimes agressées » durant et après la partie. Pour eux, il n'y a pas l'ombre d'un doute, le pan de mur macabre ne pouvait tomber sans une forte concentration.

Tout s'est précipité à la fin de la première partie des prolongations après que le Stade de Mbour a réussi à corser la mise pour porter le score à 2 buts à 1 devant l'Union sportive de Ouakam. Les deux équipes s'étaient quittées sur un score de parité (1-1) à la fin du temps réglementaire. Suffisant pour susciter mille et une réactions à Mbour.

L'émoi et consternation et surtout la déception sont les mieux partagés. Le bilan officiel de huit morts et de quatre-vingt-huit blessés avancé est revu en hausse du côté de Mbour, où l'autorité municipale, le maire Fallou Sylla et Polymed ont pris en charge une trentaine de blessés avec l'achat de médicaments et des frais de radiographie.

Très remonté, par le deuil qui frappe sa commune, le maire en appelle au calme et à la sérénité. Il a déploré la tournure tragique de la finale et s'est expliqué sur les dispositions prises pour accueillir les blessés avant celle des corps sans vie. "Beaucoup de jeunes ont pris d'assaut les cars avec des blessures pour rallier Mbour.

A l'arrivée, on s'est rendu compte que les véhicules ont acheminé des blessés". Pour l'heure, son discours se résume à assister les victimes en attendant la continuation de l'enquête ouverte pour situer les responsabilités.

SALIOU SAMB, PRESIDENT STADE DE MBOUR : «Les responsabilités seront situées d'une manière irrévocable»

"Nous vivons les moments les plus durs de notre existence. Nous souffrons affreusement mais dans la dignité et la croyance en Dieu. Nos pensées vont aux familles de victimes.

Nous pensions avoir une fête pour tous les Mbourois qui attendaient ces moments pendant 60 ans, mais cette fête a été gâchée par des évènements malheureux. Nous le regrettons. Nous n'avons pas encore commencé le décompte de nos morts, nous sommes en deuil qui veut que l'on s'occupe de nos morts.

Nous sommes à ce stade de la situation. S'occuper de nos malades car nous avons beaucoup de blessés disséminés dans les différents hôpitaux. Nous avons beaucoup de choses à faire pour récupérer les corps pour les ramener.

Nos remerciements vont aux supporters, aux fils de Mbour, aux secouristes. Je remercie le président Macky Sall qui nous a permis de ramener tous nos supporters à Mbour. Nos bus ont été saccagés et il a mis à notre disposition des bus. Nous le remercions pour son assistance.

Nous allons essayer de cerner la situation. Les responsabilités seront situées d'une manière irrévocable.

La direction du Stade du Mbour va porter dès demain, l'affaire au parquet de Dakar, pour que les responsabilités soient situées et que toutes les mesures soient prise pour que justice soit faite pour Mbour pour le Sénégal. Parce que le Sénégal ne mérite pas ça".

CHEIKH ISSA SALL, PRESIDENT MOUVEMENT AM DEM : «On a perdu des jeunes très engagés, très attachés au sport, à leur club fanion»

"C'est avec tristesse que je prends aujourd'hui la parole pour exprimer mon indignation après le drame du stade Demba Diop. Mbour a perdu ses dignes fils alors qu'ils étaient partis pousser leur équipe à la victoire.

La quête d'une victoire attendue depuis plus d'un demi-siècle a basculé au drame.Je m'incline devant leurs mémoires des disparus et prie que le Seigneur les accueille dans son paradis éternel. J'ai fait le tour des familles éplorées pour partager avec elles leur douleur et leur peine.

C'est très dur de perdre un proche dans ces conditions. Ce qui s'est passé samedi au niveau du stade Demba Diop, c'est quelque chose de terrible, d'extrêmement grave. Le sport, c'est une fête qui doit unir les peuples, surtout la jeunesse. Mais la finale du 15 juillet restera tristement dans nos mémoires, nos cœurs et nos esprits parce que Mbour a payé un très lourd tribut avec huit (8) morts et des centaines de blessés.

Au niveau de Mbour, on n'était pas préparé à une pareille situation. Depuis deux semaines, toute la ville, tout le département étaient à l'unisson. On a mis nos moyens et toute notre énergie pour réussir cette fête, malheureusement, d'autres individus malintentionnés s'étaient préparés à cette situation qui est regrettable.

Même les adversaires politiques, tout le monde avait accepté d'aller dans l'unité pour remporter cette coupe. Nous nous étions aussi préparé à la défaite parce qu'en sport on peut gagner comme on peut perdre.Lorsqu'on voit les images, on voit nettement qu'il n'y avait pas de confrontation.

Ce sont les Ouakamois qui ont attaqué gratuitement les Mbourois et les résultats l'ont montré. Tous les blessés et tous les morts sont du côté de Mbour. Il faut qu'on se dise la vérité, il n'ya pas eu de confrontation.

C'est un camp qui a quitté sa place pour aller attaquer l'autre. Je profite de l'occasion pour présenter mes condoléances à tous les Mbourois, et à tous les Sénégalais qui aiment le football. C'est le Sénégal qui a perdu de sa notoriété, de son image de sa sportivité. Il faut qu'on puisse se ressaisir et dire plus jamais ça"

BALLET INCESSANTS AU DOMICILE DES VICTIMES A MBOUR : Tristesse et désolation autour des familles

Proches, parents, voisins et amis ont pris d'assaut hier, dimanche 18 juillet, lendemain des événements tragiques du stade Demba Diop, le domicile des victimes où la désolation et la tristesse ont été les mieux partagées. Un ballet incessant d'hommes politiques et de personnalités du sport est enregistré.

Le maire de Nguékokh, Pape Songo Diouf très présent à Mbour pour des besoins de la campagne électorale en compagnie de sa sœur de coalition BBY Oumy Sylla Ndiaye, ont fait le tour des familles des victimes. Ils sont rejoints dans cette initiative par l'honorable député Cira Ndiaye, l'ex parlementaire Khadim Tabet et Abdoulaye Sarr, ancien sélectionneur des Lions.

Khalifa Mbaye, 17 ans élève et candidat au Bfem 2017 l'une des victimes laisse son père Sidy Mbaye (quartier Château d'eau) dans le désarroi avec le souvenir d'un fils « très respectueux et studieux »

Ancien militaire, très posé, il est parvenu à s'adresser à la presse pour s'en remettre à la volonté divine. Après les incidents de la finale, il a constaté l'absence de son fils. Il n'a pas tardé à avoir la confirmation de son identification parmi les victimes.

Il perd Boucounta Sow 17 ans, l'autre victime domiciliée au quartier Thiocé -Ouest Est le fils de Daouda Sow. Ce jeune brillant footballeur constituait un grand espoir du football pour son père car étant jugé talentueux dans l'art du ballon rond.

Charles De Gaulle Gomes 19 ans et Assane Mar Dione 15 ans, deux autres jeunes footballeurs sont tout aussi appréciés par leur formateur du nom de Mafall dans le quartier Thiocé-Est.

Baye Seydou Diouf 36 ans a également fini de faire le vide autour de sa mère Awa Diop qui est malgré tout parvenue à garder le calme avec les dizaines de femmes et d'hommes trouvés autour d'elle la soutenant en attendant de disposer du corps sans vie de son fils.

Tout comme les parents Alimata Fall, 31 ans, domiciliés dans le quartier 11 novembre. Ils sont consternés dans la livraison de son corps pour inhumation

Sénégal

Délivrance «anarchique et partisane» des cartes d'électeur - Y En à Marre indexe l'Etat

La cadence poussive de distribution des cartes d'électeurs, suite à la refonte du fichier… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.