18 Juillet 2017

Cameroun: Un réseau de feymania de la présidence de la république démantelé

Ils escroquent les gens en leur promettant des nominations et toutes sortes de décisions présidentielles, en disant mensongèrement que Paul Biya les a envoyés.

Le chef de leur réseau est un homme de confiance de Paul Biya à la présidence. Les autres, ses frères Beti, occupent des hautes fonctions d'État. Ils utilisent chauffeurs, militaires, Gendarmes, agents de l'État, secrétaires, toute personne sous leur autorité comme intermédiaires pour percevoir pour eux l'argent auprès de leurs victimes.

Mais l'un de ces intermédiaires a craqué et a saisi le CCT.

La personne a décidé de décharger le fardeau de sa conscience, qu'elle ne pouvait plus supporter chaque fois qu'elle pense qu'elle n'est pas différente de ceux qui tuent les gens en route, puisqu'elle contribue à détruire les familles depuis des années en obéissant aux ordres des boss véreux du réseau.

Ils ont organisé un serpent de mer qu'ils ont enroulé autour de Paul Biya, dont ils utilisent le nom pour escroquer les fonctionnaires et les usagers, afin que les victimes déçues nourrissent la haine contre le vieux président, que le réseau pourrait finir par exécuter si jamais l'étau se resserre contre eux.

Le cerveau de ce réseau de feymania c'est le contre-amiral Fouda Joseph, conseiller spécial du président de la République, une personne que Paul Biya soupçonne le moins. Il s'est spécialisé dans la fuite des documents confidentiels du chef de l'État, qu'il monnaye ensuite à travers son vaste réseau qui le garde au-dessus de tous soupçons.

Des aides de camps ont été virés de la présidence, y compris feu le lieutenant Luc Emane pris pour vol de la mallette présidentielle, alors que Joseph Fouda est celui qui leur donne les documents et effets personnels du chef d'État.

Nous avons une longue liste des personnes que le réseau de Joseph Fouda a «fey», le total des sommes que les victimes ont versé à son profit et celui de ses complices haut placés s'élevant ce jour à 2,15 milliards de francs Cfa. Nous estimons que d'autres dossiers vont s'y ajouter.

L'une de leurs victimes, Monsieur Bounoungou Nicodème, ancien Délégué régional des enseignements secondaires du Centre, leur a versé au total 11 millions de francs Cfa. Il attend depuis trois ans le poste de ministre, que le réseau lui a promis en contrepartie. Bounoungou, sonné dans sa résidence à Yaoundé, commence à perdre tout espoir.

En effet, le 17 mars 2014, Mr Bounoungou Nicodème est relevé de ses fonctions par feu l'ancien ministre Louis Bapes Bapes, trois mois seulement avant son départ à la retraite, après 38 ans de service à la fonction publique. Quel était son problème avec le ministre?

Avant d'être ainsi viré comme un malpropre, le Ministre Louis Bapes Bapes avait demandé à Bounoungou de puiser dans le compte budgétaire de la délégation du Centre qu'il gérait, la somme de 86 millions de francs Cfa, et de la lui envoyer en liquide à travers un messager.

Bounoungou vit qu'un tel vol dans le budget qu'il gère lui mettra un jour la corde au cou. Et il savait que lorsqu'un responsable est dans un tel pétrin, les dirigeants du pays ont l'habitude de lui poser des conditions mortelles, comme entrer dans leurs sectes sataniques ou sacrifier un membre cher de sa famille, entre autres. Mr. Bounoungou répondit au ministre Bapes Bapes qu'il refuse de le faire.

Pendant que Bounoungou cherche justice dans le labyrinthe de la haute administration, il tombe sur un certain Fouda Séraphin Magloire, le secrétaire général du Premier Ministère et frère du contre amiral Joseph Fouda.

Séraphin Fouda se saisit du problème du pauvre Bounoungou Nicodème et, usant d'un groupe d'escrocs et d'arnaqueurs, il parvient à séduire Bounoungou pour lui escroquer 11millions de frs CFA. Ils lui font croire qu'il sera nommé ministre des enseignements secondaires ou Directeur de la magzi, parce que Joseph Fouda fera signer le décret au chef d'État.

Bounoungou tombe dans le piège et se met à faire des envois des sommes d'argent qu'ils lui demandent, aux noms des personnes qu'ils lui donnent. En voici la liste partielle:

- le 11/08/2014 à Mme Essomba Ebale Hélène Chantal, Chef de service de recouvrement des fonds spéciaux, qui répond au 00237 697573844, 120.000 frs CFA, sous prétexte de frais pour compléter le dossier. En plus de produire la photocopie de sa carte d'adhésion du RDPC, sa carte de cotisation du RDPC, ils lui demandaient d'acheter un nouveau téléphone avec une nouvelle puce;

- le 12/08/2014 à Noah Robert, il envoie un mandat Western Union en partenariat avec le PRCSG au SHO d'une somme 300.000 FCFA sous couvert de Fouda Séraphin Magloire;

- le13/08/2014 à Kowo Josiane, téléphone 691324694, numéro de bordereaux ZKE2208140021 Express Union à partir d'Odza à 11h d'un montant que nous n'avons pas accédé;

- le 22/08/2014, Séraphin Magloire Fouda crée fausse une audience présidentielle, prétextant que Mr Bounoungou Nicodème sera reçu au Parlais de l'unité à 15h10. Il lui demande de s'habiller en costume sombre, et d'attendre à 16h20. Et voilà donc Mr Bounoungou qui alla se placer à l'esplanade du palais de l'unité, avec son véhicule de marque Toyota Rav4 CE004FL. Quelques temps après, Séraphin Fouda l'appelle pour lui demander d'aller plutôt l'attendre à l'hôtel Mont Fébé.

- le 28/08/2014 à Rose Noah, il envoie 2.000.000 F CFA par mandat Western Union à partir d'ECO-Bank;

- un autre de bordereau 2258576581 avec un mot de passe «okay», porte un montant qui nous est resté illisible;

- à Noah Robert et Kowo Josiane: ils continuent avec leur projet, en changeant de méthode les transferts d'argent, dont certains sont les suivants: 695792776 200.000 F CFA; 696226665 150.000 F CFA; 650437501 150.000 F CFA.

- Une autre fois, le contre-amiral Fouda Joseph appelle Mr Bounoungou depuis l'Europe, à partir du numéro 00334470359680, qui lui fait un autre transfert d'un montant indéterminé pour nous.

- Une autre fois, Fouda Séraphin Magloire demande à Mr Bounoungou d'aller construire et placer le portail dans la villa de sa maman à Nsimeyong, dont le montant des travaux ne nous pas été accessible lors de notre enquête autour de Bounoungou à son insu.

- Nous avons également trouvé le nom d un certain Bikelé Simon Pierre à qui Bounoungou avait fait d'autres envois d'argent.

Et voici l'Email par lequel ils communiquent avec Bounoungou Nicodème: SGPR Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Fouda Séraphin Magloire a demandé à Mr Bounoungou de ne rien dire de tout ceci à personne, même pas à son épouse et encore moins à l'un de leurs huit enfants.

Fouda Séraphin Magloire n'a pas répondu à nos appels et messages téléphoniques.

Dans les jours qui suivent, nous vous présenterons le drame d'une autre victime du réseau d'escroquerie de Fouda Seraphin Magloire.

En attendant, le combat continue

Et fait quoi, fait quoi, Nous Vaincrons

Patrice Nouma

Fils de la République

(001) 551-666-1027

Cameroun

Journée Mondiale de la Femme Rurale - Le Ndé danse au rythme de Bassamba.

Ce dimanche 15 octobre 2017, la prairie de Bassamba, point focal de la célébration de la Jmfr dans le… Plus »

Copyright © 2017 Africa Info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.