18 Juillet 2017

Sénégal: Demba Diop relance le débat sur la sécurité dans les stades africains

La question sécuritaire dans les stades africains est de plus en plus préoccupante, après la mort samedi de huit personnes dans une bousculade lors d'un match de football qui s'est déroulé au stade Demba Diop de Dakar.

Huit personnes mortes asphyxiées samedi soir au stade de Demba Diop. Une tragédie consécutive à la bousculade survenue dans les tribunes du stade vers la fin du temps additionnel de la finale de la coupe de la ligue.

Certes, il y avait eu des débordements de la part des supporters qui peinaient à digérer la défaite de leur équipe mais les vraies responsabilités sont à chercher ailleurs dans le camp des pouvoirs publics, qui ont failli a leur mission a confié à la DW, le journaliste rédacteur en chef du journal sud quotidien.

Rôle des forces de l'ordre

Les grenades lacrymogènes lancées par les forces de l'ordre ont aussi aggravé les bousculades au niveau de la tribune, indique par ailleurs, Abdoulaye Cham, qui auraient aussi provoqué l'effondrement d'un mur. Mais de tels drames ne sont pas une première en Afrique.

En 2009 au stade Houphouet Boigny en Côte d'Ivoire, un incident du même genre s'était produit à Abidjan avec un bilan de 19 morts et 132 blessés. En février 2012, l'Egypte a à son tour été endeuillée avec 74 personnes mortes dans le stade de Port Saïd.

Deux ans plus tard, le même drame s'est aussi abattu à Kinshasa au stade Tata Raphael. Bilan: 15 personnes ont perdu la vie lors des bousculades meurtrières qui ont fait également des dizaines des blessés. Depuis lors, il y a des avancées en vue de lutter contre la violence dans les stades congolais estime Omar Kavota de l'organisation CEPADHO, militant des droits humains.

L'Europe et l'Amérique aussi...

Si ces derniers temps le continent africain dénombre de nombreux cas de violences dans les stades, les continents européens et américains n'ont pas été épargnés non plus. En 1985, une bousculade dans le stade du Heysel à Bruxelles a provoqué la mort de 39 personnes. La catastrophe la plus meurtrière de l'histoire du football s'étant déroulée en 1964 dans le stade Nacional de Lima lors d'un match Pérou-Argentine. 318 personnes avaient trouvé la mort et plus de 500 avaient été blessées à la suite d'émeutes survenues en fin de rencontre.

Sénégal

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.