19 Juillet 2017

Afrique: Les pays les moins avancés font face à des défis pour financer leur développement durable, selon l'ONU

Le manque de financement fait partie des plus grands défis pour les 47 pays les moins avancés (PMA) dans leur mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD), selon un rapport des Nations Unies publié mercredi.

« Alors que nous continuons à voir des progrès mitigés pour ce groupe de pays, il existe un potentiel énorme pour combler les lacunes et accélérer la dynamique face à leurs besoins d'investissement », a déclaré Fekitamoeloa Katoa 'Utoikamanu, la Haut Représentante nouvellement nommée pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement, dans un communiqué de presse.

Mme 'Utoikamanu a exhorté ces gouvernements à collaborer avec les partenaires du développement, la société civile et le secteur privé pour réduire la pauvreté, réduire les inégalités et sauver l'environnement.

Présentant l'édition 2017 du Rapport sur l'état des pays les moins avancés au siège de l'ONU à New York, elle a noté que les PMA sont parmi les pays les plus vulnérables au monde avec de vastes segments de leur population vivant dans l'extrême pauvreté avec peu de perspectives d'améliorer leur situation.

Le rapport de cette année, compilé par son bureau (UN-OHRLLS), se concentre sur le financement du Programme d'action d'Istanbul, qui présente la vision et la stratégie pour le développement durable des PMA d'ici 2020, et sur les objectifs de développement durable (ODD), qui ont été adoptés par tous les pays en 2015 en vue de créer un monde pacifique et inclusif sans pauvreté d'ici 2030.

La réalisation des objectifs du Programme d'action d'Istanbul complète les efforts visant à atteindre les ODD, a-t-elle souligné.

Toutefois, en raison des grandes lacunes en matière d'investissement, y compris pour l'énergie durable et les technologies de l'information et de la communication, le rapport note que l'accès à tous les modes de financement doit augmenter pour les PMA.

La croissance moyenne du produit intérieur brut (PIB) pour les PMA est restée faible à 3,8% en 2015, le taux le plus bas au cours des deux dernières décennies et bien inférieur à l'objectif de 7% fixé par le Programme d'Istanbul, selon le rapport.

La part des PMA dans le commerce global a continué de diminuer, passant de 1,09% en 2014 à 0,97% en 2015, ce qui rend difficile d'atteindre l'objectif de 2%.

Malgré les défis importants, le rapport souligne également les progrès dans quelques domaines clés, y compris dans le secteur des transports, et l'accès à l'électricité, qui est passé de 32,3% de la population en 2010 à 38,3% en 2014.

En juin 2017, la Guinée équatoriale est sortie du groupe, ce qui porte le nombre de PMA à 47. Neuf PMA ont atteint le niveau pour sortir du groupe en 2015, tandis que d'autres aspirent à y arriver en 2020 ou peu de temps après.

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.