20 Juillet 2017

Congo-Brazzaville: Génocide, l'AFP se tait et ménage le dictateur Sassou

Le Congo s'enflamme et l'AFP se tait et ménage Sassou Nguesso. Un complot international contre le Congo-Brazzaville.

Plutôt que de donner les dernières nouvelles des élections législatives au Congo Brazzaville, l'AFP, dont les dépêches sont souvent reprises in extenso, imposerait davantage le silence ou le désintérêt total des rédactions abonnées : « circulez, y'a rien à voir ! » Les journaux français n'en demandaient pas tant, et se sont bien gardés d'écrire la moindre ligne, ou presque, à ce sujet

Passer sous silence, ce qui s'y est déroulé le jour de l'élection et le lendemain, est un tour de force dont il faut saluer l'immense mépris pour la population congolaise alors que l'on sait tout ou presque du Venezuela, pays sosie du Congo, et de Maduro jumeau de Sassou Nguesso. Ce dernier a une longueur d'avance sur son homologue sud-américain, il a déclenché une guerre ouverte contre une partie de sa population et le sang s'y déverse abondamment sans que l'AFP ne consente à le couvrir d'un peu de son encre.

C'est de Kinshasa, que son représentant Junior Kannah photographe à l'origine, accomplit sa tâche, service minimum, et ne saurait aborder les vrais sujets qui fâchent.

Dans la lignée de tous ses prédécesseurs le parti pris est de se taire, ou presque, comme pour plaire au tyran de l'Alima ; déjà, ce fut le cas pour l'assassinat du Cardinal Biayenda, des assassinats du Beach, de la première guerre du Pool en passant par le coup d'Etat du 5 juin 97 en passant par le DC10 d'UTA. Et des 400.000 morts comptabilisés et révélés par Monsieur Eric Denécé ; un petit Rwanda, son équivalent dans le rapport morts/population...

Le silence de ces derniers jours n'est pourtant que la somme de tous ces silences et de tous ces non dits. Avoir tu et ne rien rapporté de la colère des Congolais, du Sud au Nord et du Nord au Sud, qui se sont emparés des bureaux de vote, saisis des urnes bourrées ou bastonné les fraudeurs, c'est se rendre complice des crimes que Sassou Nguesso a multiplié depuis des décennies.

Mais tous ces efforts pour glisser sous le tapis l'immense crasse de ces élections, et de ce régime criminel, seront vains. Ces derniers évènements sont les plus marquants du ras-le-bol accumulé depuis le retour du dictateur sanguinaire et kleptocrate, en 1997.

Le barrage de l'indifférence médiatique se lézardera avec l'effondrement inéluctable de son pouvoir. Dans toutes les régions, les populations sont sorties dans la rue pour protester, pour crier leur colère. Sassou Nguesso ne pourra la faire taire. L'AFP non plus, même si elle est décidée à ne pas en écrire un mot.

Sassou tombera, très bientôt. Le monde entier connaîtra l'immensité de ses crimes, tout au long de ces quarante dernières années et l'AFP n'y pourra rien non plus. Heureusement, le monopole de l'info n'a pas encore été accordé à l'Agence France Presse.

Il est fort à parier que lorsque ce moment sera venu, elle hurlera avec les loups, révélant alors ce qu'elle savait depuis toujours ...

Les Congolais, élevés dans le souvenir de Brazzaville capitale de la France Libre, n'en ressentiront que doublement la trahison...

Congo-Brazzaville

Commune de Brazzaville - Les quartiers Matari et Italolo bientôt accessibles par véhicule

Le maire de la ville capitale, Christian Roger Okemba, a procédé le 10 décembre au lancement des… Plus »

Copyright © 2017 Africa Info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.