21 Juillet 2017

Cameroun: Cité verte - Les eaux usées coulent sur la route

Les eaux provenant des latrines de certains domiciles polluent une partie du quartier.

Ce 17 juillet 2017, accéder à la Cité verte, plus précisément au lieu-dit Yoyo bar, non loin du lycée, n'est pas chose aisée. Sur la route qui y mène on retrouve des flac d'eau, des pneus usés et des ordures de toute nature. Les herbes entourent la chaussée et la rendent étroite. Une eau de couleur noirâtre en provenance des latrines du Camp sic de la Cité verte ruisselle sans arrêt dégageant des odeurs nauséabondes.

Les piétons se bouchent les nez lorsqu'ils traversent cet endroit. « C'est difficile de vivre dans un pareil coin. Les mauvaises odeurs sont de plus en plus récurrentes et certaines habitants sont déjà en train de vouloir quitter ce quartier à cause des odeurs qui se dégagent ici », explique un riverain. Les automobilistes de passage sont aussi gênés par ces mauvaises odeurs. Dieudonné Ndéwé, un transporteur de sable déclare : « La route est mal bitumée. Les pneus sont constamment usés à cause du mauvais état de la route. Cette situation nous cause beaucoup des difficultés pour pouvoir conduire aisément. La chaussée a beaucoup de mares d'eau qu'il faut éviter.

A la descente Yoyo bar, il y a un dépôt de sable qu'on appelle « Cailloux ville ». Le responsable de ce dépôt de sable que nous rencontrons ce 17 juillet nous explique que : « la route est endommagée du fait de l'absence des rigoles. Les eaux provenant des ménages se déversent sur la route. C'est la même chose que nous vivons lorsqu'il pleut, l'eau des pluies n'arrive pas à circuler dans les rigoles. Ces eaux stagnent dans les rigoles et les mauvaises odeurs qu'elles dégagent nous exposent à des maladies respiratoires »

Les habitants du quartier disent que les pouvoirs publics n'ont toujours pas trouvé des solutions à ce problème d'eau stagnante. Afin de limiter ces eaux les populations disent avoir mis en place les séances de curage de certaines rigoles afin de faciliter le ruissellement des eaux.

Les populations ne dorment pas aisément à cause des moustiques. Cette situation qui prévaut à la Cité verte est à l'origine de certaines maladies respiratoires et le paludisme.

Cameroun

Le dur combat des familles des victimes un an après la catastrophe ferroviaire d'Eséka

Le 21 octobre 2016 le déraillement d'un train provoquait la mort de 79 personnes au Cameroun. Un an après… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.