24 Juillet 2017

Maroc: Comparution d'un journaliste arrêté à Al Hoceïma

Au Maroc, Reporter sans Frontières s'inquiète des entraves faites aux journalistes dans leur couverture des événements du Rif, notamment lors de la dernière marche interdite du 20 juillet dernier. Ralentissement et parfois brèves interruptions de la connexion internet dans toute la ville ont compliqué le travail des journalistes, estime l'ONG. Parmi les dizaines de personnes interpellées ce jour-là, Hamid el-Mahdaoui, directeur de publication du site internet marocain Al Badil. Il doit comparaître et être auditionné ce lundi 24 juillet à Al Hoceïma.

Contacté par RFI, l'un de ses avocats assure que Hamid el-Mahdaoui, garde le moral. Sa garde à vue a été prolongée de 48 à 72 heures et il a été maintenu en détention le temps de l'examen du procès.

Pour sa défense, c'est une arrestation purement politique. Le directeur de publication d'Al Badil, site d'information basé à Salé près de Rabat, a été piégé par les autorités, la veille du grand rassemblement du 20 juillet. Alors qu'il disait être en famille à Al Hoceïma, le journaliste avait aussi l'intention de couvrir les manifestations dans la ville.

La base de l'accusation : avoir pris la parole la veille auprès de plusieurs personnes pour appeler à manifester le lendemain, malgré l'interdiction des autorités. Pour le parquet, ces actes n'ont « aucun rapport avec le travail journalistique ».

« Incitation des citoyens à enfreindre la loi »

Arrêté le 20 juillet alors qu'il était dans sa voiture, le directeur de publication d'Al Badil est poursuivi en vertu d'un article du Code pénal, et d'un autre du code des libertés publiques, pour incitation des citoyens à enfreindre la loi. Il encourt jusqu'à 5 ans de prison ferme, et 50 000 dirhams d'avance, soit environ 5 000 euros.

El-Mahdaoui, connu pour ses prises de position engagées postées dans de longues vidéos, est très apprécié pour son franc-parler auprès des classes populaires. En mélangeant tribune et journalisme, et parfois moqué de la presse traditionnelle, tous sont unanimes à dénoncer l'absurdité de son arrestation.

Ce n'est pas le seul journaliste à avoir fait les frais de sa couverture engagée en faveur du Hirak. Il y a plus d'un mois, Reporter sans Frontière demandait déjà la libération de six journalistes dits « militants » sur les réseaux sociaux, arrêtés lors des manifestations des derniers mois.

Maroc

Aiteo CAF Awards 2017 - Les short-lists dévoilées à Accra

La CAF (Confédération africaine de football) a dévoilé ce lundi à Accra au Ghana les… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.