24 Juillet 2017

Sud-Soudan: Amnesty dénonce des violences sexuelles à grande échelle

Photo: Amnesty International/ Natalia Jidovanu
Une femme âgée dort à l’extérieur du centre de santé Yoyo dans le camps de réfugiés de Bidibidi, dans le district de Yumbe, au nord de l’Ouganda

Amnesty International tire la sonnette d'alarme sur les violences sexuelles subies par des milliers de femmes, de filles mais aussi des hommes, depuis le début des hostilités en 2013 entre le camp du président et de son ancien vice-président. Dans un nouveau rapport rendu public ce lundi 24 juillet, l'ONG de défense des droits de l'homme décrit l'état de détresse vécu par ces victimes. Elle dénonce le caractère ethnique et politique et demande qu'il soit mis fin à ces agressions qui se déroulent en toute impunité.

Le rapport, intitulé Do not remain silent (Ne pas rester silencieux), est très accablant pour les camps qui s'affrontent au Soudan du Sud.

Ses auteurs, des chercheurs d'Amnesty International, mais aussi des défenseurs sud-soudanais des droits de l'homme qui appartiennent à toutes les parties au conflit, se sont entretenus pendant des mois avec quelque 170 victimes de ces violences dont une vingtaine d'hommes. Et ils rapportent les scènes d'horreur qu'elles ont vécu entre les mains de leurs bourreaux.

Sukeji a été violée par trois soldats de l'armée loyaliste en août 2016, devant ses deux enfants. Depuis, elle n'en dort plus, elle est obsédée par la question de savoir ce qu'ils penseront d'elle lorsqu'ils vont grandir.

Nyangai a vécu le même supplice un mois plus tard. Elle en a perdu la foi, « Satan est passée en moi le jour où j'ai été violé », dit-elle. D'autres femmes ont été tuées ou mutilées après avoir été violées.

Les hommes aussi ne sont pas épargnés. Certains ont été violés, d'autres ont été castrés et dans un cas particulièrement sordide que décrit ce rapport, des soldats gouvernementaux auraient inséré de l'herbe dans le rectum d'un jeune homme. Puis ils y ont mis du feu et l'ont regardé brûler vif.

Selon les enquêteurs, nombre de ces victimes ont été ciblées en raison de leur appartenance ethnique, souvent confondue à une allégeance politique soit au camp du président Salva Kiir, un Dinka, soit à celui de son rival nuer, Riek Machar. Amnesty International, qui parle de crimes sexuels prémédités commis à grande échelle, dénonce l'impunité dont jouissent leurs auteurs jusqu'ici.

Sud-Soudan

Sanctions - Réunion entre le Comité du Conseil de sécurité concernant le Soudan du Sud et le Coordonnateur du Groupe d'experts

NEW YORK, 19 October 2017 / PRN Africa / -- Le 6 octobre 2017, les membres du Comité du Conseil de… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.