25 Juillet 2017

Ile Maurice: Le Mouvement civique de Fort Albert veut solutionner ses problèmes à Beau-Rivage

Une route d'accès bloquée par des rochers, un terrain abandonné et un monument négligé. C'en est trop pour le mouvement civique de ce quartier de Baie-du-Tombeau, qui veut des solutions. Rapidement.

Des habitants de Baie-du-Tombeau, notamment de Beau-Rivage, sont très remontés contre d'autres personnes, qui résident dans le morcellement du même quartier. Pour cause, ces dernières ont bloqué l'accès à un chemin situé à l'arrière de l'usine St-Malo. Le Mouvement civique de Fort Albert a été approché pour trouver une solution d'ensemble au problème.

«Ces gens qui ont fait le coup habitent dans le morcellement d'à-côté et ils nous ont clairement fait comprendre qu'ils l'ont fait pour éviter que des personnes malintentionnées ne viennent voler chez eux en passant par Beau-Rivage», explique Reza Assenally, le président du mouvement civique.

En effet, les habitants de Beau-Rivage ont été plus que surpris en se rendant compte que pendant le week-end précédent, de gros rochers ont été placés sur cette route pour empêcher les véhicules de circuler.

«Nous trouvons cela inacceptable et révoltant que des gens puissent prendre une pareille décision. De plus, je ne comprends pas comment des rochers sur la route peuvent empêcher les voleurs de s'aventurer là», explique pour sa part Dev Govind, un autre membre du mouvement civique.

De nombreuses lettres ont été adressées à ce propos au président du conseil de district de Pamplemousses. Plusieurs habitants ont aussi, durant la semaine écoulée, fait le déplacement au conseil pour rapporter le cas. Mais jusqu'ici, disent-ils, aucune action n'a été prise pour remédier au problème. «Apar met dan zournal aster, nou pa pe trouv okenn solision», disent ces habitants.

De plus, le mouvement civique veut à tout prix que le terrain qui abrite le monument Fort Albert, à côté de la plage de Baie-du-Tombeau, soit nettoyé. Ses nombreuses démarches n'ayant pas abouti jusqu'ici, le conseil de district de Pamplemousses néglige grandement l'endroit, estiment ses membres.

«Nous avons, à plusieurs reprises, sollicité le nouveau président du conseil, l'ancien président aussi est au courant du problème dans cette région, mais ils n'ont jamais levé le petit doigt pour nous. Nous nous sentons rejetés et nous voulons maintenant, coûte que coûte, attirer l'attention des autorités concernées», poursuit Reza Assenally.

En fait, sur la route côtière de Baie-du-Tombeau, il y a bien un monument au nom de Fort Albert, sauf qu'il est recouvert du feuillage des arbres et de mauvaises herbes. Le mouvement civique en est tout remonté car, selon lui, cet endroit mérite d'être classé comme site du patrimoine. Il y a toute une histoire qui se perd petit à petit derrière le Fort Albert car maintenant, personne ne peut s'y rendre pour le visiter et connaître son histoire, souligne Reza Assenally.

La broussaille, à côté d'un terrain de pétanque et d'un endroit où des dames de la région viennent faire leur jogging, comporte aussi des risques et des dangers. «C'est dangereux car des voyous peuvent très bien s'y dissimuler et mettre la vie de ces femmes en danger. C'est la sécurité de tout un chacun qui est actuellement en jeu», déclare Reza Assenally.

Le combat du Mouvement civique de Fort Albert, pour que ce terrain soit nettoyé remonte à plus de deux ans, mais sans succès jusqu'ici. Il espère de tout cœur que cette année il pourra compter sur la coopération du conseil de district de Pamplemousses.

Sollicité par une réaction, un membre du conseil de district de Pamplemousses affirme être au courant des deux cas et que des solutions seront bientôt trouvées.

Ile Maurice

Religious Freedom Report 2017 - Maurice figure parmi les bons élèves

Maurice fait partie de ces pays où la liberté de culte est respectée de manière stable dans… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.