25 Juillet 2017

Afrique: Gouvernance - Les Etats devraient profiter de la stabilisation des dépenses courantes pour s'attaquer à la baisse de l'investissement public

Selon l'OCDE, les États ont diversement réagi face aux pressions nouvelles qui s'exercent sur eux depuis le déclenchement de la crise mondiale, nombre d'entre eux ayant augmenté les dépenses en faveur des services sociaux, certains autres ayant réduit les effectifs du secteur public, et la plupart ayant stabilisé leurs dépenses courantes à un niveau inférieur. Les pays devraient maintenant s'employer à remédier à la baisse continue de l'investissement public amorcée en 2009, selon un nouveau rapport de l'OCDE.

Le Panorama des administrations publiques 2017 révèle que les dépenses publiques représentaient en moyenne 40.9 % du produit intérieur brut (PIB) des pays de l'OCDE en 2015, chiffre en hausse par rapport aux 38.8 % constatés en 2007, avant la crise.

La part des emplois publics dans l'emploi total est restée quasiment inchangée, au taux de 18.1 % en 2015 contre 17.9 % en 2007, bien que certains pays aient signalé des réductions d'effectifs.

Si le vieillissement des populations et le chômage, élevé, ont tiré vers le haut les dépenses sociales, qui représentaient 41 % des dépenses totales en 2015 contre 37 % en 2007, les administrations publiques ont néanmoins tiré profit de réductions des coûts et d'une amélioration de l'efficience pour abaisser leurs dépenses courantes de 39 % à 37 % des dépenses totales.

Sénégal

Conférence internationale - De grands groupes réfléchissent sur le BTP en Afrique

Cette conférence sur les BTP et infrastructures a pour but de créer une Afrique émergente. Plus »

Copyright © 2017 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.