27 Juillet 2017

Gambie: Barrow promet la justice pour tous dans le pays

Photo: The Guardian
President Adama Barrow.

Le président Adama Barrow incite les exilés à rentrer au pays pour participer au développement du pays. C'est un appel qu'il lance notamment dans une interview accordée à la Deutsche Welle. Il promet la justice pour tous

Un peu plus de six mois maintenant que le président Adama Barrow est au pouvoir, un premier bilan de son action révèle une certaine déception dans la population gambienne.

Beaucoup de jeunes Gambiens continuent d'ailleurs de prendre la route de l'exil. Adama Barrow incite les exilés à rentrer pour participer au développement du pays, l'un des plus pauvres au monde.

C'est le volet économique, qui est peut-être le plus préoccupant pour une majorité de Gambiens. Les nouvelles autorités accusent Yaya Jammeh d'avoir vidé les caisses de l'Etat avant de s'exiler. Adama Barrow rappelle que le pays ne pouvait plus couvrir qu'un mois d'importations.

Un contexte favorable

Aujourd'hui le président, Adama Barrow se dit confiant dans les perspectives économiques du pays. "Nous avons fait beaucoup de progrès. Premièrement les prix des denrées alimentaires ont baissé et le prix du carburant aujourd'hui est au niveau de 2011", a-t-il déclaré.

La Banque mondiale a effectivement fourni une aide budgétaire de 56 millions de dollars. Et Adama Barrow insiste sur l'intérêt grandissant de l'Union européenne pour la nouvelle Gambie qu'il compte bâtir.

Climat de suspicion

Les risques de déstabilisation, pourtant, ne sont pas à écarter après 22 années de dictature. Yayah Jammeh a encore des partisans. Selon un rapport des services de renseignement sénégalais, plus de 300 d'entre eux seraient regroupés en Mauritanie dans le but de déstabiliser la Gambie. Adama Barrow minimise ce risque.

"Selon nos services de renseignement en Mauritanie, rien n'a été prouvé sur cet aspect", a répondu le président avant d'ajouter: "En ce qui nous concerne, c'est juste des fausses informations."

La situation en Gambie est jugée encore fragile par les chefs d'Etat de la région. Raison pour laquelle, quelques 500 soldats ouest-africains sont encore présents en Gambie dans le cadre d'une mission de la CEDEAO.

L'organisation ouest africaine a convaincu Yahya Jammeh de lacher le pouvoir. Mais quel sort réserver à l'ancien président réfugié en Guinée Equatoriale alors qu'il a dirigé le pays d'une main de fer? Adama Barrow veut laisser la justice faire son travail.

"Une chose est fondamentale, nous voulons une justice pour tous. Personne n'est au dessus de la loi, ni moi-même, ni Jammeh. Mais je crois que sous mon régime, les victimes obtiendront justice", a-t-il conclu.

Le ministre gambien de la justice a annoncé dernièrement la préparation d'une nouvelle constitution, elle sera soumise à referendum dans un délai de deux ans, après consultation de la société civile.

En savoir plus

Polémique autour de l'anniversaire du coup d'état

Voilà six mois que l'ancien président gambien Yahya Jammeh a quitté le pays après sa… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.