29 Juillet 2017

Sénégal: Distribution de terrains aux victimes de la démolition de la cité Tobago - La communauté lébou «Taanka» oppose son veto

Le président de la République Macky Sall a octroyé 11,2 hectares de leurs terres aux victimes de la démolition de la cité Tobago. La section du collectif des jeunes de Yoff «Taanka» revendiquent ces terres qui leurs sont léguées par leurs aïeuls.

Lors d'un point de presse tenu hier, jeudi 28 juillet 2017, à la grande mosquée de Yoff, par la voix de leur coordonnateur Mame Birame Mbengue, les jeunesses lébous de Yoff, Ouakam et Ngor s'opposent à cette décision du chef de l'Etat et se disent engager dans une lutte sans merci contre ce projet.

Le bonheur des uns fait le malheur des autres. A peine les anciens habitants de la cité Tobago, qui ont eu à être témoin il y a quelques temps de la destruction de leurs logements, rétablis dans leurs droits par le président Macky Sall, des voix s'élèvent pour revendiquer la propriété de ces parcelles.

Alors ces victimes remercient l'autorité pour les avoir dédommagé, voilà que la collectivité lébou «Taanka», qui coiffe les trois communes de Yoff, Ouakam et Ngor, se prévaut d'un droit sur ces 11,2 hectares et s'oppose absolument à ce projet.

Le coordonnateur de la section de Yoff, Mame Birame Mbengue, a affirmé que ces trois localités qui abritent une importante partie de la communauté lébou, sont toutes en parfaites cohésion pour engager la bataille que ces jeunes lébous comptent mener pour la récupération de ces terres qui, selon eux sont le legs de leurs aïeuls.

M. B. Mbengue ajoute que cette stratégie est leur deuxième plan d'action parce que de prime abord, ils ont envoyés des lettres, à plusieurs reprises, à son président de la République, mais en vain. Suffisant pour qu'ils trouvent nécessaire de recourir à un autre moyen d'alerte.

Cette fois-ci, ils saisissent la presse et menacent de passer à une vitesse supérieure, si jamais on ne les appelle pas pour discuter.

Le coordonnateur ajoute: «le président Macky Sall a promis, à mainte reprise, de restituer aux lébous leurs terres après avoir dénoncé l'irrégularité de ces occupations, notamment lors de l'ouverture de sa campagne présidentielle de 2012 à Ouakam.

Malgré tout, des morcellements et opérations de recasement s'y effectuent depuis 2013. Nous avons observé, en premier lieu, un morcellement de 21 hectares partant du canal du virage de Yoff jusqu'aux Mamelles, qui fait presque 1000 parcelles et longe la piste 03-21.

En deuxième lieu, un dressement de mur à Yoff, décalé de 200 mètres du mur initial de l'aéroport, partant du cimetière catholique de Saint-Lazare pour rejoindre le mur de la piste vers Yoff Tonghor, longeant la piste 18-36.

Et tout dernièrement, c'est le cas du recasement des personnes installées sur une partie voisine à la cité Tobago, située sur la Vdn.

Comme le nombre de parcelles restituées est de 336 et que seulement 120 parcelles sont attribuées, alors, il nous reste à savoir qui sont les bénéficiaires des 216 terrains qui restent».

Le coordonateur Mame Birame Mbengue rappelle que la collectivité lébou des villages traditionnels de Ngor, Ouakam et Yoff avait accepté, malgré elle, la réquisition de 1943 des terres du domaine actuel de l'aéroport Léopold Sédar Senghor dont la surface s'étend sur 864 hectares.

Actuellement, il constate que ce domaine aéroportuaire a subi une grande dégradation, suite à des attributions de terres à des hommes d'affaires, autorités politiques et religieuses et personnes privées, sans prendre en compte leur droit de préemption.

Malgré leur saisine du régime d'alors (de l'ancien président Abdoulaye Wade) et récemment le président Sall, dit-il.

Sénégal

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.