30 Juillet 2017

Afrique: Environnement - La SAP, pour sauver les primates

Photo: Radio Okapi
Gorille de montagnes dans la Virunga, Nord Kivu, 2004.

Près de 150 primatologues africains se mobilisent pour protéger les singes avec la création de la Société africaine de primatologie (SAP). Objectif : Sauver les singes et lémuriens menacés d'extinction sur le continent.

La situation des primates est catastrophique : plus de la moitié des espèces africaines sont menacées de disparition. Et à Madagascar, ce sont 85% des espèces de lémuriens qui risquent de disparaître, selon le professeur Inza Koné, directeur de la recherche et du développement du Centre suisse de recherches scientifiques en Côte d'Ivoire.

Dans ce pays, la population de chimpanzés, des primates parmi les plus proches des hommes, a chuté de 90% en 20 ans. Les causes de la baisse des populations des primates en Afrique sont connues : la chasse et le braconnage, la disparition de leur habitat, notamment les forêts, à cause de l'extension des activités agricoles humaines, de l'exploitation exagérée du bois, des mines et de l'urbanisation.

Mais ces causes sont difficiles à endiguer. Il faut en effet convaincre les communautés de l'intérêt de défendre les primates et leur environnement. « Les Africains, décideurs ou simples citoyens, sont plus sensibles à un discours qui vient d'un scientifique africain », estime le professeur Koné, qui souligne à quel point le milieu de la primatologie est largement dominé par des scientifiques d'Amérique du Nord ou d'Europe. « Les primatologues africains sont peu connus à l'échelle internationale, ils n'ont pas accès aux mêmes financements, ils ne dirigent que rarement des projets de recherche ou de conservation, même sur leur propre continent », explique-t-il.

« C'est le moment » de créer la SAP, « on a vraiment besoin d'une organisation africaine gérée par des Africains », à côté de la Société internationale de primatologie déjà existante, estime l'Américain Russell Mittermeier, une sommité mondiale de la primatologie, spécialiste des lémuriens de Madagascar, venu parrainer la naissance de la société savante.

Face à cette exigence, il est impérieux non seulement de former des jeunes pour défendre les espèces fauniques en voie de disparition, mais aussi de sensibiliser les autorités traditionnelles, très écoutées par la population. La SAP va permettre aux scientifiques africains d'échanger leurs connaissances, leurs expériences, de constituer des réseaux, et aussi de former les jeunes primatologues.

Afrique

Scandale après la nomination de Mugabe par l'OMS

La polémique enfle après la nomination par l'OMS, le 18 octobre, du président zimbabwéen… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.