1 Août 2017

Algérie: Le dirigisme d'Etat, vainqueur aux... «poings»

Le vaudeville devait vite tourner au mélodrame avant de finir en psychodrame.

Pourtant, il s'en était trouvé de dubitatifs et d'échaudés pour voir dans la démarche exagérément volontariste du Premier ministre un défi difficile à relever. Abdelmadjid Tebboune s'était-il trop laissé emporter par son élan au point d'oublier certaines règles non écrites de fonctionnement de la machinerie politico-administrative assujettissant l'Etat et des centres de décision économiques vitaux ? Il était dès lors clair que, d'une manière ou d'une autre, tout rentrerait dans l'ordre. Et que le plus vite serait le mieux.

Le Premier ministre, qui n'est pas un novice avec son immense capital expérience du fonctionnement des institutions, n'a pas trouvé que des hommes en travers de son chemin. Plus fort, plus coriace, c'est le dirigisme d'Etat qui, fatalement, devait se dresser devant lui. C'est un tort de ne pas l'avoir pressenti. Du reste, tout cela est vieux en Algérie. Comme dans tout pays sortant d'une guerre, la doctrine dirigiste naquit au lendemain de l'indépendance, en 1962. L'Etat devait être à la fois maître d'ouvrage et maître d'œuvre d'une économie à bâtir plus qu'à reconstruire, dans un contexte social de pauvreté pour la plupart des Algériens.

A partir de 1965, le président Boumediène donnera un contenu idéologique et politique à ce dirigisme d'Etat pour préserver l'industrialisation à pas cadencé du pays, des convoitises, des clans et des prédateurs embusqués. L'objectif était noble et les résultats ne tardèrent pas. La démarche de Boumediène avait l'avantage d'être portée par un Etat fort, bien que lui-même en construction. La bourgeoisie algérienne, existante, mais pas développée, ne s'aventura jamais dans ce champ régalien. L'affairisme, très timide encore, était conscient de ses limites.

Sujet d'actualité par excellence, la licence d'importation a sa devancière : elle s'appelait l'AGI, Autorisation globale d'importation. Importation d'intrants, bien entendu. Les entreprises publiques s'approvisionnaient de l'étranger, en vertu de cette autorisation, pour leurs besoins propres et pour ceux du secteur privé.

Le ver était-il déjà dans le fruit ?

« Le dirigisme produit mécaniquement les détournements et la corruption », prévenait Bruno Bertez, patron d'un Groupe de presse économique.

A tout avers de médaille son revers :

La bureaucratie ne tarda pas à réclamer son dû. Dans son sillage, les passe-droits et la petite corruption essaimèrent lentement, mais sûrement. Mais jamais au point de peser dans la décision politique et économique. Il faudra attendre, pour cela, la pseudo-ouverture économique de l'après-Boumediène et surtout la flambée du prix du pétrole sur le marché international.

Algérie

Rabat réagit aux déclarations de Messahel sur le royaume et l'argent du haschich

Le Maroc a annoncé samedi 21 octobre qu'il avait rappelé son ambassadeur en Algérie et qu'il avait… Plus »

Copyright © 2017 La Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.