2 Août 2017

Cameroun: Musiques et danses patrimoniales - Ouverture de bal ce mercredi

Le lancement officiel de ce festival dédié à l'expression du multiculturalisme aura lieu ce jour à Yaoundé en présence du Premier ministre, chef du gouvernement.

Un cap de franchi pour ces artistes de localités reculées. Ils vont pouvoir partager leur inventivité avec le reste de la population à l'occasion du Festival des musiques et danses patrimoniales (Fesmudap) du 2 au 7 août. Cette première édition, tenue à l'initiative du ministère des Arts et de la Culture, tire chorégraphes, instrumentistes et autres danseurs du terroir de l'anonymat et les propulse sur le devant de la scène.

Les organisateurs estiment à plus de 200 le nombre de groupes traditionnels locaux et de pays comme le Nigeria et la Centrafrique, prêts à participer à ce festival lié à la promotion du multiculturalisme et du vivre-ensemble. Hier, les stands étaient montés à l'esplanade du Musée national à Yaoundé, quartier général des festivités. C'est là que cet après-midi à partir de 13h, le Premier ministre, chef du gouvernement, lancera officiellement les célébrations du Fesmudap. C'est également sur ce site que vont converger les participants, conduits par les délégués régionaux et départementaux des Arts et de la Culture.

Les représentants de la région de l'Est sont arrivés au Musée national hier. Dans une maison construite en terre battue et ornée de feuilles de raphia, un groupe de danseurs Baka s'affaire aux derniers rangements, entre coups de balai et tissage. Tout près, on croise Eugène Binon Binon, fabricant d'instruments de musique traditionnels installé à Bertoua, chef-lieu de l'Est. Il est préoccupé par l'emplacement de ces créations. « Je vais exposer ce balafon chromatique. Ce n'est pas un balafon ordinaire, comme ce que l'on voit dans les églises ou dans les clubs de mendjang. Il est fait pour s'insérer dans des grands orchestres car il répond aux normes de la musique moderne », explique-t-il. Son expo comprend quatre spécimens de balafon, mais aussi des castagnettes et un tam-tam miniature en bambou de Chine.

Pendant cinq jours, des groupes comme le « Rhumsiki Choir », que Eugène Binon Binon va accompagner au balafon, vont animer différents plateaux, dévoilant ainsi un pan de la richesse patrimoniale qu'ils ont le devoir de préserver et de valoriser. Le public pourra ainsi découvrir des spectacles de danses et de musiques insoupçonnées du Cameroun profond. Un moment d'échange renforcé par des ateliers d'initiation, des conférences-débats et une exposition d'instruments, de costumes et de biens artisanaux au village du festival. Professionnels du domaine et promoteurs culturels et évènementiels vont réfléchir sur le thème principal : « Musiques et danses patrimoniales : vecteurs du multiculturalisme et de l'intégration nationale ». Un Fesmudap plein de surprises.

Le lancement officiel de ce festival dédié à l'expression du multiculturalisme aura lieu ce jour à Yaoundé en présence du Premier ministre, chef du gouvernement.

Un cap de franchi pour ces artistes de localités reculées. Ils vont pouvoir partager leur inventivité avec le reste de la population à l'occasion du Festival des musiques et danses patrimoniales (Fesmudap) du 2 au 7 août. Cette première édition, tenue à l'initiative du ministère des Arts et de la Culture, tire chorégraphes, instrumentistes et autres danseurs du terroir de l'anonymat et les propulse sur le devant de la scène. Les organisateurs estiment à plus de 200 le nombre de groupes traditionnels locaux et de pays comme le Nigeria et la Centrafrique, prêts à participer à ce festival lié à la promotion du multiculturalisme et du vivre-ensemble. Hier, les stands étaient montés à l'esplanade du Musée national à Yaoundé, quartier général des festivités. C'est là que cet après-midi à partir de 13h, le Premier ministre, chef du gouvernement, lancera officiellement les célébrations du Fesmudap. C'est également sur ce site que vont converger les participants, conduits par les délégués régionaux et départementaux des Arts et de la Culture.

Les représentants de la région de l'Est sont arrivés au Musée national hier. Dans une maison construite en terre battue et ornée de feuilles de raphia, un groupe de danseurs Baka s'affaire aux derniers rangements, entre coups de balai et tissage. Tout près, on croise Eugène Binon Binon, fabricant d'instruments de musique traditionnels installé à Bertoua, chef-lieu de l'Est. Il est préoccupé par l'emplacement de ces créations. « Je vais exposer ce balafon chromatique. Ce n'est pas un balafon ordinaire, comme ce que l'on voit dans les églises ou dans les clubs de mendjang. Il est fait pour s'insérer dans des grands orchestres car il répond aux normes de la musique moderne », explique-t-il. Son expo comprend quatre spécimens de balafon, mais aussi des castagnettes et un tam-tam miniature en bambou de Chine.

Pendant cinq jours, des groupes comme le « Rhumsiki Choir », que Eugène Binon Binon va accompagner au balafon, vont animer différents plateaux, dévoilant ainsi un pan de la richesse patrimoniale qu'ils ont le devoir de préserver et de valoriser. Le public pourra ainsi découvrir des spectacles de danses et de musiques insoupçonnées du Cameroun profond. Un moment d'échange renforcé par des ateliers d'initiation, des conférences-débats et une exposition d'instruments, de costumes et de biens artisanaux au village du festival. Professionnels du domaine et promoteurs culturels et évènementiels vont réfléchir sur le thème principal : « Musiques et danses patrimoniales : vecteurs du multiculturalisme et de l'intégration nationale ». Un Fesmudap plein de surprises.

Cameroun

Journée Mondiale de la Femme Rurale - Le Ndé danse au rythme de Bassamba.

Ce dimanche 15 octobre 2017, la prairie de Bassamba, point focal de la célébration de la Jmfr dans le… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.