3 Août 2017

Tunisie: La transition politique avance, la transition économique retardée

Photo: RFI
L'avenue Habib Bourguiba, centre névralgique de Tunis, le 16 février 2016.
analyse

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) effectue, depuis mercredi 26 juillet jusqu'au 3 août 2017, une mission en Tunisie en vue d'évaluer les progrès économiques et discuter avec les autorités tunisiennes de l'état d'avancement des réformes engagées pour dynamiser l'économie tunisienne.

L'un des principaux bailleurs de fonds de la Tunisie, le FMI, laisse penser, dans son dernier rapport pays, réservé à la Tunisie, publié, le 10 juillet 2017 sur son site web, que l'économie ne suit pas le rythme de la transition démocratique en marche dans ce pays, perçu comme le seul survivant d'un printemps arabe à l'agonie.

Le Fonds recommande ainsi des mesures pour améliorer les résultats budgétaires, dont un développement de l'administration fiscale, une réduction volontaire de l'effectif dans la fonction publique, une réforme globale des retraites pour limiter les transferts à la sécurité sociale à 0,5% du PIB en 2018, un renforcement de la performance des entreprises publiques et une réforme des subventions.

A moyen terme, les autorités tunisiennes ont convenu avec la mission (du FMI) d'améliorer les opérations de politique monétaire pour assurer une meilleure transmission de la politique monétaire à l'économie réelle. Selon le rapport du FMI, la transition politique de la Tunisie a avancé, mais le mécontentement et les tensions sociales restent élevés et l'économie reste fragile dans un environnement sociopolitique complexe.

Des difficultés structurelles, un taux de change réel surévalué et une confiance faible après les attaques de 2015 continuent de peser sur les investissements, note le rapport, rappelant que les chocs exogènes et les dérapages des politiques ont contribué à élargir le déficit du compte courant de plus de 10% du PIB au premier trimestre de 2017.

Les autorités tunisiennes et la mission du FMI ont convenu, ainsi, que la transition économique de la Tunisie nécessite une migration du secteur public vers un secteur privé compétitif en tant que moteur principal de la croissance et de la création d'emplois.

Parallèlement, le pays est confronté à des déficits et des niveaux de dette élevés et croissants, ainsi qu'aux pressions inflationnistes qui affectent de manière disproportionnée les plus vulnérables.

Une grande flexibilité du taux de change et un resserrement de la politique monétaire sont recommandés par l'institution monétaire, pour améliorer le déficit du compte courant externe, atténuer les pressions inflationnistes et augmenter les réserves en devises.

Le FMI préconise aussi des mesures visant à renforcer la santé financière des caisses de sécurité sociale et à créer des filets de sécurité sociale mieux ciblés pour maintenir une protection sociale adéquate et aussi des progrès accélérés avec des réformes structurelles complètes en vue de soutenir une croissance plus élevée et plus inclusive.

Un effort d'ajustement plus fort et davantage de financement seront nécessaires selon le FMI. Compte tenu d'une croissance plus faible et des déficits plus élevés, l'effort d'ajustement jusqu'en 2020 devra être plus ambitieux pour maintenir la stabilité macroéconomique.

Les résultats budgétaires par rapport au mois de mars indiquent que les cibles restent réalistes. En outre, les autorités ont identifié des mesures d'urgence, y compris une réduction des dépenses de 0,4 pour cent du PIB au cas où des transferts plus importants que prévus à la pension des fonds seraient nécessaires.

Il est nécessaire, selon le FMI, de démarrer une réduction durable du déficit en 2018. «Une importante batterie de mesures réduirait le déficit global à 5,4% du PIB de 5,9% en 2017, et le sous-jacent déficit structurel à 4,3% du PIB de 6,1% en 2017». Des mesures sont aussi nécessaires pour améliorer l'équité en élargissant l'assiette fiscale, en augmentant les taux de TVA sur les services des professions libérales et l'augmentation des assises sur les biens et les services consommés de manière prédominante par les ménages à hauts revenus.

La mission du FMI a souligné la nécessité de cibler les bénéfices financiers, plutôt que les transactions et éviter un impact négatif des impôts des activités financières sur le développement financier.

Une transition économique retardée

Selon le rapport du FMI, la démocratie tunisienne a connu de nombreux défis, mais la transition économique est retardée.

L'accroissement durable de l'emploi et du niveau de vie de la jeune population tunisienne ne sera possible qu'en transformant le modèle économique du pays, qui repose sur des niveaux élevés de consommation publique, une charge salariale insoutenables et des subventions à réviser.

Les objectifs assignés pour la Tunisie, dont la garantie de la viabilité des retraites, la protection des ménages vulnérables, tout en accélérant les réformes destinées à améliorer la gouvernance et la promotion d'une croissance génératrice d'emplois tirée par le secteur, ne seraient réalisables sans des systèmes juridiques et réglementaires efficaces qui ne limitent pas la concurrence et ne découragent pas l'activité formelle du secteur privé, estime le FMI.

Selon le rapport de l'institution internationale, les autorités ont déjà agi pour contenir, bien qu'à un niveau élevé, le déficit budgétaire en 2016 et arrêter sa croissance en 2017.

«Le resserrement monétaire est maintenant nécessaire, même en présence d'une faible croissance, vu que les déficiences structurelles, la dépréciation du taux de change et les prix administrés plus élevés et les taxes augmentent les risques d'inflation».

Pour accroître progressivement la réduction de la dette et créer plus d'espace budgétaire pour les politiques d'investissement et sociales, il est important de maintenir les réformes structurelles dans les domaines critiques, tels que la fonction publique, les retraites et les entreprises publiques, recommande le FMI.

Le succès de la prochaine phase de la restructuration des banques publiques dépendra de mesures plus déterminées pour aider les banques à réduire leur taille importante de prêts non productifs. La réforme de la gouvernance et de l'environnement d'affaires est également cruciale pour le développement du secteur privé et la croissance de l'emploi.

L'assainissement budgétaire peut se dérouler d'une manière favorable à la croissance et à l'esprit social. La mission soutient les politiques des autorités pour 2017-18 et au-delà de cette période, qui sont ambitieuses mais aussi qui établissent un équilibre raisonnable entre le faisable et le souhaitable dans un environnement sociopolitique difficile, a laissé entendre le FMI.

Le FMI recommande aussi des mesures pour renforcer la gestion des revenus pour permettre une collecte plus efficace des arriérés d'impôts et des taxes douanières importantes (totalisant 6% du PIB). La mission du FMI soutient aussi une plus grande flexibilité du taux de change et un resserrement de la politique monétaire et est favorable à un maintien du taux de change en ligne avec l'évolution des fondamentaux pour restaurer la compétitivité et augmenter les réserves.

La réforme de la fonction publique très recommandée

Une profonde réforme de la fonction publique améliorera la qualité du service et créera de l'espace budgétaire, a affirmé le FMI dans son rapport.

Il reconnaît ainsi les efforts déployés par les autorités pour réduire la masse salariale publique, considérée comme étant l'une des plus élevées au monde.

La réduction dépendra de la décision d'éviter de nouvelles augmentations de salaire jusqu'en 2020 et sur les programmes de départ volontaire réussis pour les fonctionnaires en combinaison avec des règles strictes et des contrôles continus sur les futurs recrutements.

Les efforts visant à maintenir une protection sociale adéquate sont essentiels pour une transition réussie, selon le FMI, qui semble très satisfait des récentes mesures prises pour assurer un financement adéquat de la sécurité sociale à court terme et demande instamment aux autorités et aux partenaires sociaux de procéder rapidement de manière équitable et durable à des réformes des retraites.

Le Fonds recommande ainsi la finalisation de la base de données des ménages vulnérables pour répondre aux besoins des pauvres et des vulnérables de manière rentable.

Il revient, dans son rapport, sur la gestion des risques éventuels pour les entreprises publiques, relevant que les contrats de performance pour les entreprises publiques exigeront un fort engagement de la part des autorités pour être efficace. L'amélioration de l'information financière et la capacité du ministère des Finances à surveiller les performances et appliquer les sanctions sont également importantes.

Le FMI estime, toutefois, que les risques du programme économique de la Tunisie appuyé par un accord au titre du mécanisme élargi de crédit (Medc) restent élevés. «L'expérience récente a démontré les difficultés de maintien du programme macroéconomique et du programme de réforme structurelle en présence d'une croissance faible et de grands chocs exogènes», note le rapport.

Le conseil d'administration du FMI avait achevé le 12 juin dernier la première revue du programme économique de la Tunisie appuyé par un accord au titre du mécanisme élargi de crédit (Medc). L'achèvement de la revue permet aux autorités de tirer l'équivalent de 227.2917 millions de DTS (soit environ 314.4 millions de dollars), ce qui portera le total des décaissements au titre de l'accord à l'équivalent de 454.5837 millions de DTS (soit environ 628.8 millions de dollars).

L'accord de quatre ans au titre du Medc d'un montant de 2.045625 milliards de DTS (soit environ 2.83 milliards de dollars et 375 % de la quote-part de la Tunisie) a été approuvé par le Conseil d'administration le 20 mai.

Les réformes engagées par le gouvernement avec l'appui du Medc visent à réduire le déficit budgétaire pour stabiliser la dette publique en dessous de 70% du PIB à l'horizon 2020, tout en augmentant les dépenses d'investissement et en assouplissant davantage le taux de change, tout en maintenant l'inflation en dessous de 4%.

Les autorités tunisiennes envisagent une amélioration du déficit budgétaire global de 3 pour cent du PIB par rapport à 2017-2020 (environ 0,5% du PIB par rapport au programme initial). Même si le ratio dette publique/PIB demeurera sensiblement supérieur à celui prévu au démarrage du mécanisme élargi de crédit: d'ici à 2020, et après avoir culminé à 72% en 2018, on s'attend à ce qu'il soit à 70%.

En savoir plus

Une mission du FMI examine les priorités

Les membres de la mission du FMI et les autorités tunisiennes débattront au cours de la mission qui… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.