3 Août 2017

Gabon: PDG/Les « meilleurs amis » d'Ali Bongo ne se laisseront pas influencer au sein du parti

Après sa sortie du 28 juillet dernier, le clan des « meilleurs amis » d'Ali Bongo Ondimba a refait surface ce jeudi 3 août à Libreville pour montrer une fois encore le bilan « positif » du premier septennat de leur complice, tout en répondant aux critiques issues de leur propre camp.

« Chacun choisit d'occuper son temps comme il veut. Nous avons choisi d'occuper le nôtre à défendre la politique du président de la République, son excellence Ali Bongo Ondimba, et de défendre sa personne. D'autres choisissent de passer leur temps à critiquer ce que nous faisons. C'est bien pour eux et allez leur dire d'ailleurs que nous avons fait une deuxième conférence de presse aujourd'hui ! », a conclu Pacôme Moubelet Boubeya, ministre des Affaires étrangères, lors de cette nouvelle rencontre avec la presse, en l'espace d'une semaine.

Cette déclaration sans diplomatie pourrait attiser davantage la braise au sein du PDG, leur parti politique. La seconde sortie des amis-défenseurs d'Ali Bongo Ondimba succède celle de Faustin Boukoubi, secrétaire général de leur association. Il avait fustigé la première conférence de presse de ses « camarades » en déclarant que ces derniers agissent pour des intérêts égoïstes. La conclusion du clan des meilleurs amis dévoile que dans la majorité présidentielle et surtout au PDG certains membres défendent leur patron et d'autres pas.

Bilan positif, quotidien des gabonais négatif... Régis Immongault, ministre de l'Economie, et Madeleine Berre, ministre de la Promotion des investissements privés ont ouvert l'échange entre les journalistes et eux, membres du PDG qui se considèrent comme très proches du président gabonais. Ils ont quasiment replongé l'assistance dans la période électorale en refaisant le bilan des sept premières années de pouvoir de leur « ami ».

Un septennat jugé positif même s'ils reconnaissent que tout n'est pas parfait. Ils estiment par exemple que le pays a fait un bond dans le secteur de la santé où le ministre Régis Immongault a affirmé qu'en 2009 le nombre de lits dans les hôpitaux était de 200 et est passé à 1000 en 2016, soit une augmentation de 800 lits sur le territoire national. Le personnel de santé a récemment levé un mouvement de grève après avoir été mis sur bon de caisse. Il réclamait de meilleures conditions de travail. Dans les pharmacies, la carte d'assurance maladies de la CNAMGS est désormais rejetée. Selon les pharmaciens, l'Etat a du mal à honorer les factures. Les gabonais économiquement faibles devront donc se débrouiller avec leur ordonnance.

Temps d'accalmie ou temps de bilan ? Depuis l'élection présidentielle du 27 Août 2016, le pays est sous une crise sociopolitique dont de nombreux observateurs craignent l'enlisement. Plusieurs voix, dont celle de l'ONU et de l'Union européenne, avaient appelé à un dialogue inclusif. Un an après, la tension est toujours vive avec le refus de Jean Ping d'accepter les résultats validés à la Cour constitutionnelle, considérée comme une « tour de pise » au sein de l'opposition gabonaise.

Les sorties des amis proches d'Ali Bongo Ondimba ne semblent pas aller dans le sens de l'accalmie. Dans leurs propos, l'assaut des forces de l'ordre contre le QG de Jean Ping apparaît léger. Pour eux, le nombre de victimes donné chez les opposants lors de cette attaque n'est pas démontrable. En début de semaine, Faustin Boukoubi, Secrétaire général du PDG, le parti au pouvoir depuis 1968, a marqué l'écart entre la posture du clan des amis et celle du Parti démocratique gabonais auquel fait pourtant parti ce clan. Or, les meilleurs amis d'Ali Bongo Ondimba semblent bien déterminés. Ils ne laisseront plus que des mauvaises langues disent n'importe quoi sur leur ami, même si cela amplifie la morosité du climat actuel du pays.

Gabon

Les usagers victimes du bras de fer entre magistrats et gouvernement

Au Gabon, les magistrats sont en colère contre leur ministre de tutelle, Francis Nkéa Ndzigue. Le garde… Plus »

Copyright © 2017 Gabonews. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.