5 Août 2017

Congo-Kinshasa: Massacres au Kasaï - Graves accusations de l'ONU contre les FARDC

Photo: Joseph Mankamba / OCHA-RDC
Des personnes revenues au village de Kasala, dans la province de Kasai, en RDC, attendent une distribution alimentaire par l’ONG COPROMOR et Christian

Dans un récent rapport publié par l'ONU, les FARDC sont mises en cause dans des attaques barbares contre les êtres faibles à savoir les femmes et les enfants dans l'ex-Grand Kasaï.

La gravité du cas des forces régulières réside dans le fait qu'elles ont pris pour cible une catégorie de la population qui n'est pas capable de se défendre. Cette grave accusation n'indique-t-elle pas que l'ONU voudrait remonter plus haut en recherchant les donneurs d'ordre ? Wait and.

La grande muette est mise en cause par l'ONU dans les tueries et autres atrocités perpétrées dans le Kasaï concomitamment par des miliciens et les forces régulières.C'est ce qui ressort d'un récent rapport par les Nations unies. La grande nouveauté, c'est que ce rapport met directement en cause et sans hésitations les forces gouvernementales dans des attaques ayant ciblé des enfants et femmes. Sur l'échelle, c'est la pire d'accusation qu'on peut porter contre une armée régulière d'un Etat. Les Nations unies ont ainsi voulu frapper fortement les esprits afin d'attirer l'attention sur le fait que les forces congolaises ne respectent pas les droits de l'Homme et en situation de conflit, les militaires congolais ne font pas de différence entre les cibles militaires et civiles allant jusqu'à viser des enfants.

L'ONU ne pouvait pas trouver mieux pour noircir la réputation des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). A ce stade, il n'est pas question de vérifier la véracité de ces allégations, mais de s'assurer que la juxtaposition des faits converge avec certaines autres allégations, notamment dans la répression des manifestations pacifiques des jeunes.

Les autorités qui ont fait du défi leur mode de gouvernance tombent dans tous les cas qui ne font que les enfoncer dans une situation inconfortable. Aveuglée par la volonté de rester le plus longtemps possible au pouvoir, même s'il faut marcher sur les cadavres des Congolais et des textes, la MP (Majorité présidentielle) oublie vite qu'en cette matière, il est des situations qui restent gravées dans l'imaginaire populaire et autres archives sans que nécessairement des efforts soient déployés pour les démentir.

L'ONU, dont le rôle est d'assurer la paix mondiale, a quasiment classé la MP dans une catégorie qui la place sur un siège inconfortable. Il ne reste plus qu'une piste, celle de la sanction pour sauver ce qui peut encore l'être.

Kinshasa sur la défensive

Face aux accusations graves du Haut-commissaire aux droits de l'Homme, le gouvernement n'a pas tardé pour réagir. Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga, juge « inopportun et prématuré » de publier à ce stade un quelconque rapport sur les exactions du Kasaï alors que l'enquête conjointe RDC-ONU va démarrer incessamment.

Selon Lambert Mende, les témoignages fournis par les réfugiés congolais en Angola sont « peu crédibles, non vérifiés et recueillis unilatéralement » par l'ONU. Kinshasa soutient que la démarche du Haut-commissaire aux droits de l'Homme « renforce » plutôt les « suspicions » quant à la neutralité du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme.

Kinshasa soupçonne une « volonté » de certaines puissances occidentales de vouloir « instrumentaliser » le Haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme en vue de « déstabiliser les institutions congolaises ». Lambert Mende laisse entendre que le gouvernement de la RDC s'est déjà engagé à collaborer avec les experts de l'ONU dans l'enquête sur les exactions dans l'espace Kasaï.

Pour rappel, le drame du Kasaï a emporté, non seulement plus de 3 000 victimes congolaises, mais aussi deux experts onusiens. Tous les acteurs épris de justice n'attendent que le démarrage de l'enquête conjointe RDC-ONU afin que les auteurs de ces exactions soient jugés et subissent la rigueur de la loi.

En savoir plus

Le nouveau rapport accablant de l'ONU sur les massacres au Kasaï

Un rapport de l'ONU paru vendredi à propos du Kasaï fait état de plus de 250 exécutions entre… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.