4 Août 2017

Madagascar: Sécurité maritime - La Chine offre deux patrouilleurs

La flotte de la marine nationale sera bientôt renforcée. Deux nouveaux bâtiments vont aider à lutter contre les trafics et sécuriser les navires commerciaux.

Neufs. Ce caractère est quelque peu rare lorsque l'on parle de don de pareil bâtiment militaire, pour être signalé. Durant le conseil des ministres d'hier, il a été communiqué que la Chine a fait un don de deux patrouilleurs à la marine nationale.

« Ce sont deux nouveaux patrouilleurs d'une longueur de 26 mètres. Ils sont relativement similaires au Trozona, mais avec des équipements de navigation dernier cri », a indiqué le général Béni Xavier Rasolofonirina, ministre de la Défense nationale, joint au téléphone hier. Les deux bâtiments, selon ses explications, sont encore sous scellés. Les techniciens chinois devant former les marins malgaches à manœuvrer leurs nouveaux patrouilleurs viendraient à peine de débarquer dans la Grande île. Pour l'heure, par ailleurs, le ou les ports d'attache des deux nouveaux venus dans la maigre flotte de la marine nationale n'est pas défini.

Les premières réflexions déjà faites tendent à ce que l'un soit basé soit à Antsiranana, soit à Vohémar, pour densifier la lutte contre le commerce illicite des bois de rose notamment, et le second pourrait être amarré soit à Toliara, soit à Tolagnaro.

Grands enjeux

« L'on a fait le constat qu'en matière de sécurisation maritime, il n'y a pas encore de présence dans la partie Sud. Pourtant, avec le port d'Ehoala, cette zone connaît un flux de circulation maritime assez conséquent », a déclaré le général Rasolofonirina.

Les bases des deux bâtiments devraient, quoi qu'il en soit, être déterminées avant leur entrée en action. L'arrivée de ces deux patrouilleurs constitue du reste, une bouffée d'air pour la marine nationale, sous perfusion depuis plusieurs années. Ils viendront en renfort au vieillissant Trozona, l'unique patrouilleur qui devait assurer les 5.000 kilomètres de côte de Madagascar, aidé jusqu'ici, par une poignée de vedettes rapides.

La sécurisation des côtes et du territoire maritime de la Grande île est l'un des sujets incontournables dans les conférences et débats concernant la Défense nationale. Un expert en sécurisation maritime contacté explique qu'avec les données auxquelles Madagascar a à sa disposition, grâce au Centre régional de fusion d'information maritime (CRFIM), l'entrée en scène de ces deux nouveaux patrouilleurs « devrait sauver les meubles ».

Il ajoute, cependant, que « pour être réellement efficient, étant donné l'étendue de nos côtes, de notre territoire maritime, ainsi que les enjeux économiques, stratégiques et sécuritaires des mers malgaches, nos garde-côtes auraient besoin de deux ou trois autres bâtiments de ce type ».

Certains avancent qu'avoir des destroyers ne serait pas superflu pour la flotte malgache, car cela aurait un effet dissuasif chez les trafiquants de toutes sortes. Outre le commerce illicite de bois de rose, les pêches illégales sont aussi légions dans la zone économique exclusive de Madagascar.

Madagascar

Peste - Le premier mort enterré à Vohémar

Selon le médecin inspecteur de la région Diana, tout a commencé par une personne… Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.